Friday Night Lights - Laboring (4.12)

La confrontation entre les Panthers et les Lions prend un nouveau virage à l’approche du match qui les oppose ; Tami se voit menacer de perdre son travail ; Vince doit venger la mort de Calvin ; Billy s’apprête à devenir papa.

Eric Taylor : I am not playing on a level field here.

C’est l’avant-dernier épisode de la saison, et l’escalade de toutes les situations est mise en place. Je peux le dire, cela ne se fait pas dans la joie et la bonne humeur.

Alors, autant commencer par pointer ce qui est émotionnellement joyeux, comme l’arrivée d’un nouveau Riggins, Billy devenant papa. Dommage qu’il n’y ait pas une petite évocation de Tyra, qui est quand même la tante. Puis, nous avons Tim savourant la vie. Il est heureux, et comme dans la vraie vie, cela ne dure jamais, alors autant se souvenir un peu de cela aussi. Il y a aussi Landry, de bonne humeur, et qui fait une blague innocente au Panthers . À garder en mémoire aussi, car la suite ne va pas être des plus joyeuses.

Les Riggins ont réussi à se sortir de pas mal de situations douteuses jusqu’à présent, mais cela ne pouvait pas être éternel. Calvin est peut-être enterré dans cet épisode, mais cela ne fait pas disparaître les crimes qui ont été commis. Avec la naissance de Stevie, la simple envie d’une vie paisible, il est difficile de ne pas se dire que les Riggins, au fond, n’ont jamais été très exigeants et qu’ils se contentaient de peu. Mais, quand ce peu doit être obtenu par des moyens douteux, malgré toutes les bonnes volontés du monde, voir un flic surgir au garage n’est pas la plus grande surprise qu’il peut y avoir. Maintenant, il ne reste plus qu’à voir qui va prendre la faute. J’ai tendance à pense qu’un seul paiera la dette à la société, mais il est quand même difficile de voir lequel – surtout avec la mentalité des Riggins.

Le crime est donc une route sinueuse, où se trouve aussi Vince, prêt à venger la mort de Calvin, et qui va trouver sur son chemin Jess, qui, encore une fois, finit dans ses bras. Deux épisodes d’affilée, c’est beaucoup et cela en dit long. Vince se bat donc pour changer, ne pas finir dans la criminalité, ne pas suivre ce qui apparaît comme une carrière familiale, en même temps que Jesse voit en lui le gars bien qu’il peut être. Comme il lui fait remarquer, elle en a déjà un, de gars bien, c’est Landry, qui finit à l’attendre, alors qu’elle est avec Vince. Entre nous, en pensant au fait que Landry risque fortement de quitter Dillon pour ses études l’année (saison) prochaine, je finis par me demander si ce trio amoureux n’a pas vu le jour que dans le but de se conclure quoiqu’il arrive sur la séparation du couple et le rattachement de Jess et Vince.

L’autre couple mis à l’épreuve dans cet épisode (et durement), c’est celui des Taylor. Entre Tami menacée de perdre son travail, les manifestations contre elle pour quelque chose qu’elle n’a pas fait, et Eric et son lot personnel de coup de téléphone de Panthers pas fin et le terrain de football complètement dévasté, les deux sont littéralement énervés et épuisés. Dans le cas du Coach, je dois dire que cela m’a ramené au début de saison, alors qu’il luttait à contre-courant pour construire l’équipe, et j’ai fini par me demander s’il a au cours de cette saison dormi paisiblement à un moment. Il n’y a pas de match dans cet épisode, mais il y a l’expression d’une passion malsaine pour le sport, une de celle qui bouffe littéralement Eric de l’intérieur à cause de tout ce qu’il doit encaisser. Ce n’est pas la plus belle illustration de l’amour du sport qui nous est servi, au contraire. Quant à Tami, les regards de Connie Britton disent tout ce qu’il est possible de dire et penser.

À sa façon, Laboring nous dirige donc vers le season finale, tout en exposant des moments cruciaux pour les personnages, et dont les décisions deviennent alors de grande importance pour la suite.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire