Jason annonce à Tim qu’il veut aller à New York pour trouver du travail. Tami visite une maison qui lui plait et souhaite qu’Eric vienne la voir. Tyra a un entretien pour l’université, alors que Cash repart sur la route. Matt aimerait quitter son poste de QB pour être receveur.

Cela doit sûrement être le dernier épisode pour Jason Street, mais il se fait quelque peu voler la vedette par le couple Eric-Tami, parfait de bout en bout, comme si souvent.

Jason part donc à New York, et avec lui, Tim Riggins pour l’accompagner. Tout ne va pas se dérouler comme il l’imaginait, mais approximativement comme moi je le voyais. C’est un peu le bémol ici, un certain manque de spontanéité, qu’on retrouve un peu en la personne de Tim, toujours prêt pour la grande aventure, et soutien sans bornes envers son ami. Ils en ont fait des road trips ensemble, c’est tellement naturel, on n’imagine pas Six sans Riggins dans la Big Apple.

Alors que les deux amis parcourent la ville – accentuant bien la différence de vie entre la City et Dillon – Tyra doit passer un entretien pour son avenir, et Cash reprend la route des rodéos. Sa mère va l’inquiéter, avec des idées typiquement féminines : un homme rodéo, des demoiselles en jean moulant, Cash infidèle. Tyra fait une grave erreur, l’une de celle qu’on ne fait pas si on a un peu de jugeote : elle parle à Cash juste avant son entretien. Sa vie privée met dangereusement en péril son avenir, comme si tout le plomb qu’elle avait mis dans son cerveau s’était envolé. Elle qui souhaite tant n’être ni sa mère, ni sa sœur, elle est en train de se faire avoir par un homme. Je dirais bien à cause d’un homme, mais c’est elle qui ne réfléchit pas. Ainsi, quand il lui dit qu’il va essayer de lui être le plus fidèle possible, mais que c’est difficile, elle prend la décision de l’accompagner au lieu de rester à Dillon. Tyra, qu’est ce que tu nous fais ? Il faut se ressaisir !

Les histoires de Tyra évoluent donc tranquillement, alors que Tami a visité une maison, et rêve de déménagement. Une fois n’est pas coutume, c’est la perfection scénaristique que l’on frôle avec le couple phare de Dillon. Eric qui voit un de ses coachs blessés, le problème McCoy, le diner de famille avec Matt voulant s’essayer receveur, et surtout les lancers de balles entre le coach et son joueur, dans la rue, devant la maison. On connaît Eric, on sait exactement ce qu’il fait, on le devine, il va lancer loin la balle pour que son joueur ne l’attrape pas. Il ne le fait pas pour lui refuser sa chance, non, le coach Taylor ne ferait pas ça. Il inculque l’humilité, tout en donnant de l’espoir. Et puis, il y a cette scène entre Eric et Tami, dans la maison vide. Ils ne peuvent pas se l’offrir cette maison. Ils n’en ont pas les moyens. C’est réaliste, terre-à-terre, et émouvant.

On termine sur Jason Street faisant ses adieux à Tim Riggins, son meilleur ami. Ils vont se revoir, il reviendra à Dillon, mais ce n’est plus pareil. C’est la séparation du duo. Une nouvelle vie pour Jason avec son nouveau travail, sa petite amie et son fils. Et Tim qui ne souhaite que sa réussite. Les larmes aux yeux.