Tami et Julie ont des difficultés à trouver leur place dans leur nouvel environnement, alors que les joueurs de football d’Eric ne sont pas à fond dans le jeu, perturbé par les rally girls et leur place dans le classement.

Le coach Taylor aura délivré par le passé des discours poignants et forts, mais il apparaît à la fin de cet épisode qu’il est capable de faire plus en inscrivant un seul mot sur le tableau. Il ne le prononcera pas, il se contentera de l’écrire, message tout aussi fort, et qui donne à cette cinquième saison de Friday Night Lights et à son équipe de football un but à atteindre plus qu’exaltant.

Pour en arriver là, à l’image d’un certain nombre de personnages, le coach Taylor va être mis à rude épreuve, à commencer par ses joueurs manquant de concentration, préoccupé par leur place dans le classement. Si l’équipe est sortie de son trou la saison dernière, elle n’est pas encore reconnu et joueurs comme coach sont mis face à cette évidence – si ce n’est que le second affronte le problème de façon différente. Ce sentiment d’exclusion sera on ne peut plus exacerbé par le sort de ce pauvre Luke, interdit de jouer au prochain match pour des raisons discutables. Il sert d’exemple, mais de son point de vue, c’est tout autre chose, Luke vivant clairement pour le sport – à la différence du nouveau, semblant se doter d’un poste d’observateur dans cet épisode. L’histoire en profite pour rouvrir le dossier Becky, remettant en avant une romance qui ne mena nulle part à cause de l’avortement. Une relation inachevée qui devrait trouver là l’opportunité d’être explorée.

La jeune Becky se fait par ailleurs une place chez les Riggins, Billy ayant peut-être des choses à apprendre en tant que coach, mais restant un homme qui tient ses promesses, surtout si elle concerne Tim. L’adolescente est donc destinée à rester chez Billy, ce qui séduit peu Mindy, surfant aisément entre jalousie inutile et inquiétude naturelle pour Becky, qui découvre par la même occasion ce que c’est d’avoir quelqu’un qui attend son retour. Une preuve d’attention qui démontre qu’elle a déjà fait son retour et qui semble la toucher. Pour de bonnes raisons.

Elles ne sont pas forcément à la recherche d’attention, mais à l’image de Becky, il est  question de connexions avec autrui en ce qui concerne Tami et Julie, séparées, mais vivants exactement la même chose. Tami Taylor tente de toucher professeurs, élèves et parents, sans véritable succès. C’est plus difficile qu’elle ne l’avait imaginé, bien qu’elle a déjà choisi sa proie : Epic. L’élève s’impose pour le moment comme une adolescente rebelle un peu clichée – la suite se chargera assurément de la « Friday Night Lightisé » (si je puis le dire ainsi !). En attendant, Tami peine à trouver sa place, mais chaque chose en son temps, et les petites victoires seront suffisantes pour qu’elle y arrive. À l’image de Jesse, c’est par la boisson que cela passera, l’une devant chercher à s’imposer à l’Happy Hour, alors que l’autre est en compétition directe avec la rally girl de Vince. Jesse est elle aussi à la recherche d’attention, ayant le sentiment d’avoir perdu le Vince footballer avec lequel elle avait connecté durant l’été. La jeune fille se montre à la fois fragile et drôle dans son moment de confession à Vince, l’alcool semblant dans cet épisode faire plus que ressortir la détresse des personnages – cela s’appliquant aussi à Luke.

Julie ne boit pas, mais elle n’en est pas moins quelque peu perdue. Surtout, elle est Julie Taylor, et il est assez iconique d’utiliser le football pour participer à créer un premier lien avec quelqu’un, et d’utiliser ses connaissances sur le sujet pour que cela fonctionne. Loin du Texas, Julie a emmené son héritage familial avec elle. Une manœuvre scénaristique plutôt habile et bien orchestrée. En tout cas, c’est aussi la première fois que l’on suit réellement le parcours étudiant d’un des personnages. Le choix de Julie pour le faire n’est pas mauvais, car elle restera éternellement liée à la ville à cause de ses parents.

Le football ouvre donc bien des portes, et Vince en découvre les avantages et les inconvénients. Enfin, à ce stade, il est plus question d’avantages, voyant son futur s’éclaircir, des opportunités lui étant offertes, mais il y a toujours un prix à payer, et on ne peut que se demander quand tout ceci va se retourner contre lui (nous n’avons pas oublié les difficiles déboires de Smash sur le sujet).

Ce nouvel épisode de Friday Night Lights s’articule autour de la thématique de la recherche de reconnaissance, du besoin de connecter avec autrui, et de sortir de l’isolement dans lequel on peut se trouver. Des épreuves, voilà ce qu’il faut traverser, certaines s’annonçant plus compliquées que d’autres, l’ensemble imposant avec naturel, calme et aisance, ce qui va animer cette saison 5.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire