Le match contre les Dillon Panthers fait naitre rivalité et controverses. Le Coach réalise que le père de Vince est en contact avec des représentants universitaires. Billy entraine Luke dans son jardin, et lui fournit des conseils sur les femmes.

Scott Porter s’est échappé de The Good Wife pour revenir faire un tour forcément de courte durée, obligatoirement peu exposé, mais plein de symbolisme dans cet épisode de Friday Night Lights.

Il faut dire que les choses se compliquent fortement pour le Coach Taylor, et que Jason Street nous renvoie à une époque idéaliste, remplie d’un espoir qui peine à être conservé à East Dillon. Du bleu au rouge, l’évolution a occasionnellement laissé supposé que le chemin parcouru était terminé, mais la vérité qui ressort est clairement tout l’inverse, et le fait qu’il n’y a pas que Vince que l’on cherche à recruter, mais que le coach est tout aussi convoité (et les joueurs devraient fortement s’inquiéter de cela) tombe certainement à un moment plus que significatif, clairement décisif. Entre Gracie Belle bien en âge de pouvoir déménager sans geindre, l’avenir compliqué de Julie loin d’être attaché à Dillon, la Floride, en ces temps difficiles, ne parait pas être une mauvaise option.

Cela l’est encore moins arrivé au bout d’un match sale, compliqué, loin du sport, mais réalisé dans un esprit de vengeance, de démonstration et de désobéissance. Quelque chose qui n’arrive pas énormément à Eric, mais c’est bien là le premier signe d’une certaine perte de contrôle, incarnée par Vince lui préférant son père pour gérer son avenir, un choix qui est déjà contestable. Les intentions ne sont forcément pas mauvaises, mais les ennuis sur tous les plans se profilent : avec le coach, avec Jesse dissimulant plus ou moins ce qu’elle sait, et sur le terrain. Assurément, nous ne sommes pas au bout de ce que Vince et son père peuvent bien nous dévoiler sur la partie la plus préjudiciable de ce sport. Ce n’est clairement qu’un aperçu, venant polluer le jeu. Cela n’aura jamais été autant le cas que dans cette saison.

Difficile en plus de ne pas ressentir encore plus cette perte de repères, avec un Jason Street nous renvoyant aux heures de gloire, et à l’époque des Dillon Panthers (Tim étant aussi évoqué dans cet épisode), et le regard pendant et à la fin du match exprime bien des idées. Si les Bleus et West Dillon semblaient avoir été oubliés, ce retour en avant de cette animosité, avec l’exploitation des dossiers criminels des joueurs (les allusions à Tinker étant bien sympathiques !), et une confrontation qui tend à jouer en défaveur des rouges malgré la victoire (contrairement à avant) nous ramène clairement aux difficultés auxquels le Coach est réellement confronté, et au fait que rien de tout cela n’a disparu. Ce n’est que la seconde saison de l’équipe. Sans compter que c’est la première pour Billy Riggins, mentor encore en formation, entraineur sous tous les plans pour un Luke ayant clairement besoin d’un guide. Billy, malgré clairement tout ce qu’il a à apprendre, parvient assurément à lui fournir une direction et le duo fonctionne à merveille – la discussion sur le travail de Mindy, la technique pour obtenir Becky

Aller de l’avant n’est donc pas chose aisée, un constat touchant aussi violemment Julie, préférant être enfermée chez elle que d’affronter la triste vérité. Rien de pire que d’être projeté à terre émotionnellement parlant, et elle peine à se relever, poussant Tami à devoir chercher à aider la vie universitaire de sa fille, déterminée à ne plus y mettre les pieds. Ainsi, sa mère entrera sans le vouloir en contact avec le fameux T.A. et finalement, si elle aurait pu lui faire de long discours, les échanges de regards et les non-dits feront tout ce qu’il y a à faire. Encore une belle illustration de la merveilleuse mère qu’est Tami Taylor.

Avant de prendre une courte pause – la série revenant le 5 janvier – Friday Night Lights nous offre peut-être là son épisode amorçant le plus la chute, ou pour faire plus simple, la fin de la série, plongeant clairement au cœur de son âme pour l’observer, se servant principalement de Vince et de Luke pour montrer les routes, les options, et les multiples possibilités – loin d’être toutes reluisantes.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire