Friday Night Lights - saison 3

Actuellement en cours de diffusion sur la NBC, Friday Night Lights a déjà terminé le parcours de sa saison 3 sur la chaîne DirecTV. Après une saison 2 très mitigée, où le football était peu présent, cette saison renoue avec la qualité de ses débuts, notre sport favori retrouvant sa place d’honneur. Tout en simplicité et en émotion, les images nous rendent toujours aussi proche des personnages. Plein de détermination (‘The determined’), la plupart d’entre eux tournant la page de Dillon : Smash, à l’université ; Jason Street, avec son nouveau rôle de père le poussant à faire des choix décisifs ; et les Senior year du lycée de Dillon, Matt, Tim, Lyla, Tyra, également en route vers l’université.

Tous ces personnages vont être soutenus jusqu’au bout, par leur famille, leurs amis et surtout Eric Taylor, leur coach, qui fait bien plus que son métier d’entraineur. Rôle important à Dillon, il est toujours là pour épauler et encourager, comme un guide. Eric et Tami forment d’ailleurs un couple que je ne risque pas d’oublier dans le monde de la télévision. Tami, devenue principale du lycée, mène de front ses vies de mère, de directrice et de femme mariée, sans abandonner son rôle de conseillère, consacrant toujours autant de temps aux élèves qui en ont besoin comme Tyra, Landry ou Lyla… Le couple s’épaule malgré les embûches, parce que dans un lycée où tout tourne autour du football, il n’est pas chose aisée de récolter des fonds pour l’enseignement. Par leur  réalisme, les Taylor nous prouvent que l’altruisme est une qualité qui existe encore, mais qu’on rencontre peu dans la vraie vie.

Matt est certainement le personnage qui a connu le plus d’évènements malencontreux dans sa vie. Sa grand-mère est de plus en plus malade et dépendante de lui, et il doit alors s’émanciper, juridiquement parlant. La signature d’un parent va le mener à retrouver sa mère. Cette nouvelle relation va lui apporter soutien et alléger un peu son désarroi. D’autant plus qu’au niveau du football, l’arrivée d’un petit nouveau, J.D. McCoy, va mettre en péril sa position de quaterback. J.D. est un adolescent où toute sa vie est contrôlée par son père. Joe McCoy est autoritaire et n’a qu’un souhait : faire en sorte que son fils unique tant choyé soit le nouveau QB  de Dillon. Devant tant de pression, le jeune homme finit par se rebeller, n’aspirant qu’à une chose, se libérer de l’emprise paternelle. Pour revenir à l’histoire de Matt, j’ai aussi aimé retrouver son histoire d’amour avec Julie, c’est naturel, plein de fraîcheur, lui permettant aussi de regagner une relation paternelle avec Eric Taylor.

Quitter Dillon, c’est le plus grand souhait de Tyra, et entrer à l’université, afin de ne pas reproduire le schéma familial. Son parcours n’est pas facile, surtout quand elle prend la mauvaise décision de suivre un cow-boy, sur les routes du rodéo. Mais c’est comme si elle devait commettre cette erreur de jeunesse pour pouvoir avancer. Sans oublier qu’ils ne sont que lycéens… Autre moteur dans sa vie : sa relation avec Landry. Mis à part son rapprochement avec Tyra, il est celui qui a été le plus effacé dans la saison. Lyla, quant à elle, vit seule avec son père, avec qui elle sera beaucoup en conflit. Contre toute attente, c’est Tim qui va lui apporter tout le soutien et l’encouragement nécessaires. Tim Riggins est sûrement l’un des personnages qui a le plus avancé dans la série. Qui l’eut cru en début de série qu’il deviendrait aussi posé et sérieux ?

Basée sur des faits réels, je ne peux m’empêcher de comparer la fiction à la réalité. Après avoir visionné un reportage (bonus du dvd du film) sur ce que sont devenus les Dillon Panthers, le vrai Smash a eu une vie similaire que celle portée sur le petit écran, tout comme Matt. Quant au vrai Tim, son histoire se rapproche plus de celle de J.D. McCoy, père autoritaire et peu de communication, étonnant hein ?

Et alors, et le football dans tout ça ? C’est avec plaisir que nous retrouvons les matchs dès ce début de saison. Les Panthers se qualifiant pour le championnat, le spectateur a eu droit à un match par épisode, quoi de mieux pour la régularité des storylines. Clear eyes, Full hearts, Can’t lose

La saison retrouve les échos de la première, avec ses personnages portés à bout de bras de réalisme. Aucune information sur une quatrième saison n’a encore vu le jour et tant que la série ne sera pas finie d’être diffusée sur NBC, nous n’en saurons pas plus. Nos joueurs fétiches en moins, serait-ce judicieux ?

Pour en savoir plus sur la série, vous pouvez lire tous nos billets, critiques et articles sur Friday Night Lights.

avatarUn article de .
12 commentaires