Walternate a enfin une solution pour faire fonctionner la machine et ne va alors pas tarder à la mettre en application. Dans l’autre univers, Walter et Peter cherchent à arrêter la machine de leur côté, tandis qu’Olivia part à la recherche de Sam Weiss.

Après une storyline autour de William Bell qui n’a, pour le moment, rien apporté de véritablement concret pour les grands évènements à venir, nous retournons en plein cœur de la guerre entre les deux univers.

Le pire a été annoncé et il est sur le point de se produire, mais pas comme tout le monde le croyait. Peter était celui qui devait faire fonctionner la machine, mais Walternate a trouvé un moyen de le faire de son côté. Tout commence par des petits incidents et il devient rapidement clair pour Walter et ses acolytes que le temps est désormais compté.

Une grosse partie de la saison a servi à nous préparer pour ce qui vient, mais il est indéniable que dès le départ, les scénaristes nous ont réservé une Apocalypse d’un genre bien particulier et que tout peut arriver. Certes, la décision la plus importante que va prendre ici Walter a été justifié bien auparavant, supprimant ainsi le suspens qui aurait pu entourer une pointe de doute, mais il apparait de façon assez évidente que tous ses préparatifs nous ont surtout conditionné pour que l’on accepte l’arrivée d’évènements qui finiront par ne pas se produire comme annoncé. Des variables inattendues s’imposent alors comme primordiales.

Le premier électron libre de l’histoire est Fauxliva qui va tenter de s’impliquer quand elle va découvrir ce qui se passe. Elle sait ce que Walternate peut faire et s’y oppose, suivant dès lors les pas d’Olivia. Tout devait reposer sur le choix de Peter, Olivia Vs. Fauxliva, mais la conjoncture a brusquement changé et les deux agents Dunham pourrait bien finir par se battre main dans la main.

Au milieu de tout ça, Sam Weiss se présente comme étant la solution imprévue au problème. Il y a derrière cet homme mystérieux beaucoup d’inconnus et il est plus que probable que ce qu’il va nous apprendre d’ici peu bouleversera notre vision des évènements, car une chose parait certaine à ce point : tout le monde est dépassé par ce qui se produit.

L’épisode s’efforce donc d’injecter une grosse dose d’insécurité. Tout ce qui était sous contrôle ne l’est désormais plus. La fin semble alors à la fois proche et pourtant, ce n’est que le début.

6:02 AM EST s’impose comme une introduction pleine de promesses pour une fin de saison qui pourrait prendre des proportions épiques. La saison a été construite pour nous emmener à ce point précis, reste donc à voir si ce qui vient dans les deux prochains épisodes sera à la hauteur de ce qui a implicitement été promis.