Alors qu’ils écoutent une émission radiophonique qu’ils essaient de décrypter, une quinzaine de personnes se retrouvent amnésiques. Un outil étrange est à l’origine des ondes que Walter et Astrid vont tenter de déchiffrer alors qu’Alt-Olivia observe avant de décider quel sera son prochain mouvement.

Une fois de plus, nous retournons dans l’univers régulier de la série, avec une Olivia alternative qui fait tout pour ne pas se faire démasquer, mais cela devient de plus en plus dur de maintenir les apparences face aux petits détails qu’elle ignore et qui pourraient causer sa perte.

Cela dit, ce genre de petites tensions est surtout là pour entretenir une légère dose de suspens, alors qu’à grande échelle se dessine un plan plus net pour cette saison.

Au centre de ce dernier épisode, une investigation qui semble être plus ou moins indépendante du reste, tournant autour de ces mystérieuses radios émettant uniquement des chiffres et dont l’origine sert ici à bâtir un nouveau pan de mythologie.

Car, si au départ, tout ceci paraissait presque anodin, il ne va pas falloir longtemps pour commencer à percevoir les enjeux qui sont présents. Il faut dire que, de ce côté-là, la série a déjà su être plus subtile, et les oppositions entre Peter et Walter au sujet de la Doomsday Machine de Walternate sont un peu trop insistantes et présentes pour ne pas avoir une part à jouer dans la construction de l’épisode.

Cela dit, si on peut reprocher à plusieurs dialogues d’être légèrement trop didactiques ou trop évidents au niveau de leur signification, l’intrigue va tout de même posséder des éléments plus subtils qui vont poser les bases d’une réflexion sur le pouvoir qui réside finalement entre les mains de Peter. Son père veut le protéger, lui éviter de commettre la même erreur que lui afin qu’il ne vive pas avec le même fardeau, mais l’évolution de l’histoire va faire changer la perspective des personnages en les mettant face à une chose devant laquelle ils ne peuvent pas vraiment reculer : la possibilité, même infime, de créer au lieu de détruire.

Au milieu de tout cela, nous avons une dynamique qui varie étrangement de l’habituelle. Entre Walter qui hésite, Peter qui parait inarrêtable, et Astrid qui impose une présence comme rarement auparavant, Alt-Olivia semble à la fois manipuler ses pions et jouer la sécurité, étant mise à l’épreuve à plusieurs reprises. Le scénario repose d’ailleurs beaucoup sur des choses évoquées par le passé dans la série, permettant ainsi d’utiliser du concret afin de ne pas nous faire oublier qu’il ne s’agit pas de notre Olivia, même si celle-ci apparait de moins en moins sûre de ses positions. De l’autre côté, l’Olivia originale vit une expérience presque inverse, ce qui risque de poser des dilemmes moraux importants par la suite, notamment pour Peter quand il va se retrouver devant les deux Olivia réunies.

6955 kHz a un rôle crucial pour la suite de la saison, mais tous les épisodes semblent désormais entrer dans cette catégorie. Il est en tout cas apparent que la mythologie n’est pas en pause et que si certains éléments paraissaient mis au ralenti, c’était avant tout pour permettre à toute l’histoire de prendre forme. À ce point, il est difficile d’imaginer que la série puisse faire marche arrière et on ne peut qu’espérer que les scénaristes aient bien tout en main, car la résolution de certains points de l’intrigue s’annonce délicate.