Dans l’univers alternatif, un homme sort son frère jumeau coincé dans une zone de quarantaine. La division Fringe cherche à le retrouver avant que quelqu’un apprenne que les gens prisonniers de la quarantaine peuvent être sauvés. Walternate invite Olivia à participer à des expériences.

Nous revoilà dans l’univers alternatif. Olivia ignore toujours qu’elle n’est pas de ce monde, mais elle est hantée par une vision de Peter qui tente de la convaincre qu’elle n’est pas à sa place. Cela ramène à la grande question de la saison : quand Olivia va-t-elle retrouver son univers ?

Prochainement, enfin probablement, étant donné que les choses paraissent de plus en plus prendre cette direction. Certes, on se doute que cela ne va pas se faire immédiatement, car il faut créer le bon contexte afin de ne pas juste laisser l’univers alternatif derrière sans générer un minimum de tension dramatique. Quoi qu’il en soit, Olivia commence à avancer sur la voie qui devrait la mener à son salut et on peut espérer que Walternate ne s’en rendra pas compte tout de suite.

En attendant, nous allons avoir en parallèle une investigation de la division Fringe : un homme a été retiré de la zone de quarantaine aka Amber Area. On va dès lors s’intéresser à une des caractéristiques de l’univers alternatif, un résultat malencontreux des expériences de Walter. Les zones instables sont coincées dans une matière appelée Amber 31422 et, normalement, ceux qui sont dedans y restent pour toujours… jusqu’à aujourd’hui, donc.

Pour pimenter encore plus l’affaire, les frères Ashmore interprètent le sauveur et le sauvé, même si je dois avouer qu’avec de vrais jumeaux à disposition, on peut se demander pourquoi il n’y a pas plus de scènes pour les exploiter. Si un seul acteur avait tenu les deux rôles, la différence n’aurait pas été vraiment visible. Cela dit, le fait de savoir qu’il s’agit véritablement de deux acteurs différents crée une sorte de jeu avec le spectateur dans le sens où on pourrait réellement les différencier, mais cela s’avère assez difficile en fin de compte.

En tout cas, cette histoire sert peut-être à pousser Olivia à avoir de l’empathie pour la victime afin de réaliser elle-même la situation dans laquelle elle se trouve, mais ça n’enlève rien à la dimension émotionnelle qui est développée. De plus, il est sympathique de voir une intrigue de la première saison revisitée à la sauce univers alternatif, car, à la base de toute l’affaire, on retrouve l’appareil qui permettait de passer à travers les murs (cf. épisode 1.10 – Safe / Passe-muraille).

La saison se poursuit donc à son rythme en utilisant une recette toujours bien maitrisée et équilibrée qui mélange le format traditionnel de la série en y ajoutant la couche mythologique qui apporte un plus non négligeable quand il s’agit d’entretenir le suspens et le mystère. Certes, cela diminue un peu l’impact de « l’affaire du jour », mais celle-ci profite de l’exploration des caractéristiques de l’univers parallèle pour rester intéressante. Malgré tout ça, il faut admettre que le sort d’Olivia s’impose comme étant la chose qui intéresse le plus et le reste se retrouve mis en retrait, certains points en deviennent alors anecdotiques. C’est le prix à payer pour cette construction narrative sur le long terme qui, espérons-le, parviendra à tenir ses promesses.