Fringe - August (2.08)

Un des mystérieux observateurs est impliqué dans une affaire de kidnapping. Un comportement étrange qui est déroutant pour la section Fringe qui cherche à comprendre pourquoi afin de retrouver la victime en vie.

Nous voilà donc avec un épisode spécial : The Observers. Installés dans la mythologie et le paysage de la série depuis un petit moment maintenant, les observateurs entretiennent leur mystère en ne faisant rien. En fait, juste leur apparence et leur présence sont suffisantes pour créer une sorte d’aura mystique. Il était dès lors temps de leur donner un peu plus à faire, même si en fin de compte, tout ceci ne semble pas servir à grand-chose.

Certes, nous jouons une nouvelle fois avec les non-dits sur la jeunesse de Peter, mais cela est presque forcé ici à cause d’un faux malentendu. En fait, toute l’histoire tourne autour d’un observateur que l’on ne connait pas et qui se nomme August. À noter qu’on ne sait pas le nom des autres – peut-être d’autres mois de l’année.

Bref, le chauve au style rétro se transforme en kidnappeur pour sauver une jeune femme, Christine, qui était destinée à mourir dans un crash d’avion (un de plus !). Pourquoi a-t-il fait cela ? Personne ne le sait, mais lui semble convaincu qu’il y a une raison, bien qu’il a du mal à mettre le doigt dessus. On touche alors à la question des motivations. Que font-ils là ? Ils observent les évènements et, comme on l’a compris, il s’en prépare des majeurs, mais à quoi servent-ils dans tout ça ?

Pas vraiment de réponse à ce type de question, car August est un peu en crise de rébellion, ce qui fait que son comportement est plutôt unique dans son genre et ne nous aidera pas à déceler quoi que ce soit sur tout ce qui pourrait être réellement important au sujet des observateurs. On sait juste maintenant qu’ils ont l’habitude de manger ensemble des plats indiens.

Bref, l’épisode n’offre pas la plus grosse part à Olivia et Peter, mais ils jouent quand même leur rôle et se trouvent aux bons endroits pour nous fournir un fil conducteur et de l’action. Le tout étant assez bien emballé, avec la petite touche d’incertitude amplifiée par le comportement de Walter qui entretient l’aspect mythologique de l’épisode. Certes, on ne peut pas dire qu’il y ait grand-chose à retenir sur ce point, mais l’ensemble est de bonne facture.