Fringe - Dream Logic (2.05)

L’équipe se rend à Seattle où les patients d’une expérience de contrôle du sommeil deviennent violents avant de décéder.

Après un épisode centré sur la mythologie de la série, on revient à une intrigue plus individuelle. Comme pour d’autres séries, Fringe adopte un rythme cyclique pour ce genre de chose, car n’oublions pas qu’elle est avant tout un formula show.

L’histoire du jour s’intéresse aux rêves et, pour l’occasion, on part à Seattle. Le choix de la ville n’est d’ailleurs pas trop étonnant, car la série est désormais filmée à Vancouver, ville assez proche de Seattle et qui offre donc des paysages qui le sont également.

Mais passons. L’enquête va rapidement mener Olivia et Peter au Dr. Nayak – joué par Ravi Kapoor – suite à un petit coup de pouce de la part de Nina Sharp. La scène où elle est présente ne semble pas très naturelle, ce qui renforce l’impression de raccourci scénaristique (ce que c’est).

Donc, le Dr. Nayak travaille sur les rêves avec des patients participants à une expérience des plus concluantes, mais quelqu’un s’empare du matériel et des dossiers pour détourner le projet qui se base sur une puce implantée dans le cerveau. Comme souvent, Walter va mener ses expériences et finira par trouver la clé du problème qui donnera à Olivia ce qui est nécessaire pour compléter le tableau. Il y a là des idées plutôt intéressantes qui permettent à la fin de l’épisode d’avoir un twist sympathique qui apporte un plus à une investigation bien rythmée, mais pas forcément passionnante. Certes, les manigances de Walter fournissent de bonnes distractions, mais arrivée à la moitié de l’histoire, l’enquête piétine un peu.

À côté de ça, Olivia doit gérer la mort de Charlie. Il est appréciable de voir que l’agent Francis, que l’on avait appris à bien apprécier, n’est pas oublié rapidement. Le deuil de l’agent Dunham la guide une nouvelle fois vers Sam Weiss qui lui offrira une nouvelle mission insensée. Vu les précédents succès, elle s’y prête sans rechigner, ce qui illustre sa volonté à guérir et sa force de caractère. Elle grandit dans l’expérience et c’est intéressant de la voir suivre une voie qui ne la met pas à l’aise, même si pour ça elle se retrouve un peu isolée.

Pour finir, les rêves apportent une thématique qui donne à Peter l’occasion d’évoquer son passé et on nous place alors des sous-entendus et autres moments de gêne qui font appel à ce que l’on sait, mais surtout, qui montre qu’il nous en manque encore beaucoup sur toute cette affaire. Cela va probablement continuer d’être creusé durant une bonne partie de la saison.

Au final, cet épisode délivre une enquête convenable et permet aux personnages d’évoluer un peu. Il y a quand même un manque de finesse dans la scénarisation de la partie investigation, et c’est un peu dommage.