Après avoir appris la vérité sur Olivia, Peter tente d’en savoir plus, mais laisse échapper l’imposteur. De l’autre côté, Olivia est prisonnière et il ne lui reste plus beaucoup de temps pour revenir chez elle. Une course contre la montre est lancée dans les deux mondes.

Nous reprenons donc là où nous nous étions arrêtés, même légèrement plus tôt, puisque l’épisode s’ouvre sur la scène qui clôtura le précédent, offrant ainsi un petit rappel qui instaure un sentiment de continuité avec ce qui se produit ensuite.

Pour l’occasion, nous allons avoir un générique des deux couleurs, car cette fois, nous allons jongler entre les deux mondes.

D’un côté, Olivia est prisonnière et cherche toujours un moyen de rentrer chez elle, de l’autre, Alt-Olivia est poursuivie par le FBI et cherche un moyen de rentrer chez elle.

L’échange va inéluctablement avoir lieu, car c’est devenu inévitable à ce point de l’histoire, mais avant d’en arriver là, nous allons avoir de l’investigation et de l’action, afin de maintenir un certain suspens.

Et si le rythme est soutenu des deux côtés avec des enjeux qui s’équivalent, les réactions des personnages n’ont forcément rien à voir entre elles.

Dans l’univers alternatif, Walternate nous ressort les mêmes rengaines avec sa gravité habituelle. Il manipule ceux qui l’entourent en entretenant la peur, mais le Broyles de son monde commence à mesurer le poids de ses actions. Il a déjà aidé Olivia une première fois et hésite à le refaire. Pour nous aider à mieux évaluer ce qui repose sur lui, on nous pose une atmosphère mettant en avant le fait que cet univers vit dans la peur et perd espoir. Olivia pourrait être celle qui résoudrait cela et Broyles veut croire en elle, en une solution moins meurtrière.

Comme je le disais la fois précédente, ce Broyles alternatif a bénéficié de développement que celui de l’autre monde n’a pas eu et cela sert ici à bien illustrer le conflit qui l’habite et l’ampleur du sacrifice qu’il envisage de faire. Au final, tout repose sur lui.

De l’autre côté, on joue dans un registre différent avec Peter et Walter qui ne gèrent vraiment pas bien la duperie. Tous les deux se sentent trahis à un certain niveau, et ils commencent tout juste à mesurer ce qui se passe quand ils sont poussés au cœur d’une action continue qui a pour finalité de retrouver la traitresse.

Pour Peter, cela va clairement avoir des conséquences sur le long terme, car ses convictions sont bouleversées et il pourrait bien chercher à se venger d’une manière ou d’une autre, pouvant prendre des risques inutiles.

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas sa fin qui donne son intérêt à l’épisode – même si le retour d’Olivia était à haut risque –, mais ce qui découle de la découverte de la supercherie. L’impact semble alors plus grand que le retour qui, lui, sera certainement exploité dès le prochain épisode.

Entrada est l’épisode pivot que l’on attendait et, comme souvent depuis le début de la saison, il parvient à ne pas jouer la facilité en cherchant à utiliser avec la part humaine du conflit. Lance Reddick profite ainsi d’un matériel qui lui donne l’opportunité de montrer son talent au-delà de ce que la série lui a permis de le faire jusqu’à présent. Maintenant, on attend plus que de voir dans quelle direction l’histoire va s’engager et on peut espérer d’être une fois de plus agréablement surpris.