Fringe – Fracture (2.03)

Walter découvre sur le site d’une explosion que la bombe était en réalité un homme. Peter et Olivia tentent alors de retrouver les autres personnes qui, comme la première victime, pourraient exploser.

Cette semaine, Peter, Walter et Olivia enquêtent sur des hommes explosifs. Une nouvelle affaire qui parait indépendante, mais qui va finir par apparaitre comme étant une ramification inattendue de la mythologie de la série. Enfin, c’est ce qu’il semble, car The Observer est de retour, mais cette fois, on veut lui donner un but. Il en aurait bien besoin.

Tout commence donc par une explosion et par Peter qui connait du monde. Olivia tourne presque ça à la blague, car il est vrai que durant la première saison, cela servait de raccourci scénaristique de manière régulière et que cette fois, et bien, c’est pareil. La différence étant que pour le coup, ils vont devoir se rendre en Irak pour explorer un peu le passé de Peter.

L’homme est plein de mystères et sa nouvelle motivation et position dans les affaires du FBI, et dans la série en général, devrait permettre de le développer un peu. Le fait est que l’approche n’est peut-être pas la plus judicieuse, car ça nous rappelle qu’il y a beaucoup de choses dans la première saison qui sont restées sans suite à son sujet.

Bref, ça voyage et ça trouve des réponses. Même si l’avancée de l’enquête se révèle un peu grotesque par moment, le résultat final est cohérent et se fait avec un rythme bien entretenu.

Au milieu de tout ça, Olivia consulte l’étrange Sam Weiss pour qu’il l’aide. De ce côté-là, il faut être plutôt ouvert, car ça n’a pas beaucoup de sens, surtout dans un univers où on nous a toujours tout expliqué par la science (même fiction). Cette légère touche presque qualifiable de mystique prendra probablement plus d’intérêt un jour, mais pour l’instant, l’agent Dunham commence à se rappeler et va finalement lâcher sa canne.

C’est assez logique vu la fin de l’épisode et les révélations faites par le personnage joué par Stephen McHattie. Petit à petit, on nous pose les fondations de ce qui pourrait vraisemblablement devenir rapidement la grosse mythologie de la saison.

En attendant que cela se produise, nous avons une histoire convenable, pas transcendante, mais qui contient comme toujours quelques petites perles de la part de Walter, du suspens, du mystère et un peu d’action. L’emballage permet donc de compenser les raccourcis scénaristiques qui deviennent un peu trop réguliers en ce début de saison (plus qu’avant en tout cas).