Fringe - Grey Matters (2.10)

L’équipe d’Olivia intervient dans un hôpital psychiatrique où un patient a subi une intervention mystérieuse qui l’a soigné. L’enquête va rapidement découvrir qu’il n’est pas le seul et que la personne derrière n’était qu’une tête congelée il y a encore peu de temps.

Retour en plein cœur de la mythologie de la saison avec son histoire de guerre entre deux univers parallèles. Sebastian Roché s’est vu remettre sa tête sur un corps et dirige les opérations, comme William Bell l’avait annoncé. Ce dernier fera d’ailleurs une brève apparition en flashback à la fin de l’épisode, histoire de venir insinuer plus de confusion dans toute l’affaire.

En attendant, Olivia, Peter et Walter doivent rassembler les pièces d’un étrange puzzle qui aboutira justement à Walter. Toute l’idée est de créer une porte entre deux mondes et de découvrir comment Walter l’a fait.

Pour cela, on nous a donc monté un plan abracadabrantesque qui utilise les habituelles dérives scientifiques qui ont alimenté la série jusque-là, en poussant le bouchon légèrement plus loin. L’important c’est que l’histoire conserve sa logique et Peter aide à cela. Malheureusement, on ne peut pas dire que cette fois encore, Olivia brille par son importance. Certes, via quelques dialogues, on nous insinue que son rôle est primordial dans cette bataille, mais elle n’apparait pourtant plus que comme le bras armé de toute l’opération. Sans sa rencontre avec William Bell en début de saison, elle n’aurait probablement pas la moindre idée de ce qu’elle fait là, et nous aussi.

Bref, c’est un peu une déception, car j’espérais voir l’agent Dunham retrouver sa place légitime à la tête de la série, mais à la place, c’est Walter qui s’impose une nouvelle fois. Ce n’est pas une mauvaise chose, car John Noble est toujours brillant, mais cela accentue le côté accessoire des autres personnages. Peter, lui, aura clairement un rôle important à jouer à un moment donné, vis-à-vis de son histoire, mais profite pour le moment de sa place dans le tableau pour maintenir son importance.

Ce Grey Matters offre donc quelques déceptions, mais délivre quand même une intrigue pleine de rebondissements et permet de faire légèrement avancer la mythologie de la série, ce qui n’est pas négligeable, car cela commençait à manquer un peu. Le problème, c’est que toute l’affaire semble un peu confuse. Espérons que la suite de la saison apporte un peu d’épaisseur à tout cela.