Fringe - Inner Child (1.15)

Un mystérieux enfant, pâle et muet, est retrouvé dans une chambre close d’un building prévue pour la démolition. Olivia se retrouve rapidement lié avec l’enfant, quand ce dernier l’aide dans son enquête sur un serial killer, the Artist.

Après deux mois d’absence, Fringe est de retour sur les écrans. Pour se faire, l’équipe créatrice a opté pour un épisode assez classique, laissant donc la mythologie de la série en repos, pour un stand-alone correct.

Les enfants dans les séries fantastiques sont toujours source de nombreux épisodes, et je dirais qu’il y a ici de forts échos X-Filien. Comme il est coutume dans Fringe, l’enfant va être rattaché à Olivia Dunham (si cela avait été Astrid, on aurait été fortement étonnée, il faut bien le dire), et nous voici parti à la chasse au serial-killer, tout ce qu’il y a d’ordinaire, mais aidé par un enfant possédant un étrange talent, tout ce qu’il y de non ordinaire.

L’intrigue est donc bien menée, sans pour autant révéler de grosses surprises. C’est un peu là que le bât blesse. Même avec un stand-alone, il s’agit d’un épisode de reprise, peut-on dire, cela fait longtemps que l’on n’a pas vu un épisode, on aurait pu espérer une intrigue un peu plus conséquente. Heureusement, Walter est là, et il est en forme. Grâce à lui, nous avons le droit à de sacrées répliques. Pour l’accompagner, Gene la vache fait preuve d’un charisme hors du commun.

L’enfant est aussi convoité par la CIA. L’agent  Eliot Michaels (Erik Palladino) se fait d’abord passé pour un membre des services sociaux, mais devra sortir le grand jeu plus tard, révélant appartenir à la division des sciences de l’agence gouvernementale. Difficile de savoir ici si c’est un coup d’épée dans l’eau, une idée pour l’épisode, ou si cela sera par la suite développé. Après tout, si le FBI aime tant les phénomènes paranormaux, pourquoi n’en serait-il pas ainsi au sein de la CIA ? Cela pourrait sûrement donner le jour à de bonnes choses si c’est traité comme il se doit.

Inner Child est un épisode standard de la série, qui se laisse suivre, mais ne marquera pas beaucoup les esprits, si ce n’est pour sa scène de fin avec The Observer, qui finalement nous laisse songeurs quant à l’avenir de l’enfant.