Peter est sur la route et s’arrête dans une petite ville où il va se retrouver à assister la police locale dans une affaire de meurtre. Il est persuadé que Newton est derrière tout e qui se passe.

Donc, après avoir découvert la vérité sur l’endroit d’où il vient, Peter a fait ce qu’il a semble-t-il fait une grande partie de sa vie, il a pris la route. Sans direction prédéterminée, il roule et s’arrête dans un Diner où il rencontre une jeune femme qui va se faire assassiner peu de temps après.

C’est un peu un classique de la série policière (même si Fringe n’en est pas une, à proprement parler). Notre héros quitte sa ville et trouve le moyen d’être impliqué dans une investigation. C’est donc un peu gros, mais l’apparition rapide de Newton et les théories de Peter évitent que cela reste ainsi trop longtemps, bien au contraire.

Peter va faire équipe avec la Sheriff Mathis (Martha Plimpton) qui va d’abord être utile pour crédibiliser son implication dans l’enquête avant de servir à mettre en perspective ses problèmes personnels. D’ailleurs, plus on avance et plus la présence de Newton ou d’autres shapeshifters apparait de moins en moins crédible, laissant alors penser que Peter perd un peu la raison – par manque de sommeil – et qu’il veut voir uniquement ce qu’il veut voir. Heureusement pour lui, Mathis est une femme qui « croit », enfin, qui désire croire.

Le duo marche assez bien et a le mérite de nous éloigner des standards de la série, au niveau de la forme principalement, sans pour autant trop s’écarter de son essence. Ce qui fonctionne le mieux est l’utilisation des évènements pour insinuer les problèmes plus profonds que rencontrent Peter. C’est une bonne manière d’illustrer son malaise, mais surtout, l’attache encore bien réelle à qui il est devenu et à son travail. Il n’a pas remis en cause sa position vis-à-vis des hommes de l’autre côté, alors qu’il en est un lui-même et cela sera probablement important pour la suite, car l’épisode se termine d’une façon  presque inattendue qui sert certainement de préambule pour l’épisode en deux parties qui va conclure la saison.

Dans tout ça, il ne reste pas beaucoup de place pour Walter, Olivia et Astrid qui auront quand même le temps de montrer l’état d’esprit dans lequel se trouve le vieux scientifique, et ses craintes en rapport avec la disparition de son fils et de ce qu’elle implique sur le long terme.

Bref, l’épisode fonctionne assez bien en nous offrant un angle d’approche un peu différent, surtout après tout ces épisodes qui donnaient à Walter la part belle. En tout cas, plus qu’un point de départ pour la conclusion de la saison, Northwest Passage nous permet de mieux appréhender la confusion dans laquelle se trouve Peter, ce qui n’est pas une mauvaise chose après sa disparition qui paraissait un peu brutale.