Walter et Olivia se préparent pour partir dans l’autre univers afin de récupérer Peter avant qu’il ne soit trop tard. De l’autre côté, ils vont devoir prendre contact avec William Bell, mais la section Fringe est après eux.

Nous voilà lancés dans un final en deux parties qui nous entraine entre deux univers. Peter est parti avec Walternate de l’autre côté et c’est la pire chose qui pouvait arriver. Pourquoi ? Il semble que ça ait un rapport avec une mystérieuse machine qui porte la marque de William Bell.

En tout cas, l’épisode s’ouvre avec la section Fringe de l’univers parallèle qui détecte une anomalie et se rend sur place. Comme souvent, à chaque fois que l’on a un aperçu de ce second New York, on jongle avec les différences et les ressemblances. L’occasion de revoir Charlie d’ailleurs, et d’être introduit à de nouveaux joueurs.

Quoi qu’il en soit, l’anomalie détectée est en fait l’arrivée d’un groupe de personnes venant de notre univers. C’est pour cela qu’une fois le générique alternatif terminé, on retourne chez nous et on suit Olivia et Walter organiser le départ. Pour y parvenir, Broyles va entrer en jeu, reliant quelques éléments du début de saison et en ajoutant d’autres de manière un peu trop pratique et vite expédiée. Walter servira un peu à faire oublier tout ça, mais il ne peut pas tout faire.

Si toute la technique de voyage est un peu bancale, le but est de partir de l’autre côté et il est atteint. Tout ceci est fait avec rythme et rebondissements, l’épisode ne perdant pas de temps dans diverses réflexions, misant avant tout sur une mise en place. Les dernières minutes laissent par contre présager une approche différente pour la suite, notamment avec l’exposition des enjeux les plus majeurs qui nous restent à découvrir.

Cet univers alternatif offre toute une nouvelle palette de possibilités que l’on ne peut que rêver de voir explorer un jour. Ce double épisode de conclusion pour la saison semble miser avant tout sur ce qui a été abordé jusque-là, mais il va falloir attendre la seconde partie pour savoir si l’on va dépasser le sauvetage de Peter qui est ici le but premier.

Ce dernier a d’ailleurs le droit à quelques scènes avec sa mère, mais une fois de plus, difficile de réellement déterminer la direction que cela va prendre.

Tout ne fait que commencer et quand le générique de fin arrive, il laisse un sentiment de frustration, comme si l’introduction venait juste de se terminer et que l’histoire s’arrêtait au moment où elle devenait véritablement intéressante.

On ne pourra donc juger de la pertinence de tout ce qui s’est déroulé durant cette première partie qu’une fois que la seconde sera terminée. Une chose est sûre, elle a su faire naître un certain enthousiasme qui ne demande qu’à être comblé.