Walter se rend chez Olivia qui refuse de répondre à ses appels suite à la découverte sur Peter. Il vient alors expliquer ce qui s’est réellement passé en 1985, comment Peter est venu de l’autre univers.

Les origines de Peter ne sont pas un secret. On nous donne des indices depuis quelque temps déjà, mais jusque-là, seuls Walter et Nina Sharp connaissaient la vérité. C’est donc le moment de la raconter à Olivia, et à nous, par la même occasion.

Après pratiquement 2 mois de pause, on pouvait difficilement espérer meilleur sujet pour la reprise. Pour l’occasion, la série change légèrement de style, s’ouvrant avec une version ‘80s de son générique. Un détail sympathique qui s’accompagnera d’un autre, la façon dont les noms de lieux sont écrits en 1985. Un changement de typo qui permet de faire les transitions, mais celles-ci seront peu nombreuses, car on ne va pas passer beaucoup de temps dans le présent. Il faut dire qu’il y a des choses à raconter.

On commence avec une mise en place de la situation professionnelle de Walter dans le passé. Où il en est dans son travail, dans sa vie privée. Tout va bien pour lui, malgré le fait que William Bell se balade dans le monde au lieu de l’aider dans ses recherches, mais il n’a pas réellement besoin de lui. La vérité est que Leonard Nimoy était un bon casting, mais que l’acteur limite véritablement l’utilisation du personnage et qu’un autre aurait probablement permis de faire plus, surtout dans le passé. À sa place, Nina Sharpe était déjà en là. Sa relation avec Walter était plus concrète qu’elle ne l’est aujourd’hui et les incidents qui vont se produire dans toute cette affaire expliquent certainement pourquoi.

Donc, à cette époque, Walter travaillait avec une fenêtre vers l’autre monde. Il observait et tentait de reproduire ce qu’il découvrait, l’univers parallèle étant bien plus avancé. Mais voilà, Peter est malade et dans les deux univers, il y a un Dr. Bishop qui travaille à trouver un remède, seulement, celui que nous connaissons sait que son double a plus de chance d’atteindre son but.

Cela devient une obsession, mais tout le travail accompli ne sera pas suffisant pour sauver le jeune garçon. C’est là que tout dérape.

Plus que nous raconter ce que l’on sait, l’épisode va s’efforcer de boucher les trous. De la première rencontre avec The Observer à la perte du bras de Nina, en passant par le voyage interdimentionnel, tout y passe avec détails.

Peter est donc l’épisode que l’on attendait, celui qui écarte les zones d’ombre d’un passé qui s’était construit petit à petit sous nos yeux. Difficile de ne pas en être satisfait, en particulier avec John Noble en vedette qui va nous emmener au cœur des erreurs de son personnage, volontaires ou non, avec émotion et dévouement.

Tout ce qui manque est une mise en place pour la suite, car l’histoire n’est pas utilisée pour réellement relancer l’intrigue, mais principalement pour renforcer la mythologie. C’était le moment des révélations passées, mais cela soulève quand même quelques questions, dont la principale est : que fait Walternate désormais ? De plus, maintenant on attend que la suite nous soit racontée, ce que Walter et Bell ont fait après cela, ce qui a véritablement motivé les expériences conduites sur Olivia et pourquoi Bell se cache de l’autre côté.

Bref, un épisode très intéressant qui est parvenu à raviver l’intérêt de la mythologie de la série, ce qui pour une reprise est une bonne chose. Reste donc à voir comment Fringe évolue désormais, et si Peter va découvrir la vérité.