Peter et Broyles reçoivent l’aide de l’agent Lee alors qu’ils enquêtent sur une femme qui ne semble pas pouvoir mourir. William Bell est désormais en possession du corps d’Olivia et, avec l’aide de Walter, il cherche un nouveau corps pour l’accueillir.

Entre l’homme qui voulait redonner la vie à la danseuse qu’il aimait, celui qui voulait recréer un insecte disparu, et William Bell qui a découvert le moyen de revenir dans un autre corps, il semble que l’immortalité soit devenu l’un des thèmes récurrents de la saison qui, ici, va trouver une illustration de plus avec cette femme qui ne peut pas mourir, malgré toute sa bonne volonté.

Quoi qu’il en soit, l’épisode s’ouvre là où le précédent nous avait laissé, sur William Bell qui, dans le corps d’Olivia, va pouvoir reconnecter avec Walter. Une fois de plus, Anna Torv prouve qu’elle peut délivrer une large variété de tons et va parvenir à éviter le ridicule grâce à un second degré qui offre à l’histoire et à son interprétation une drôle de légitimité.

Cela dit, cette intrigue semble surtout là pour tenter de corriger un problème qui handicape légèrement le show depuis le début : l’inaccessibilité de William Bell. D’abord présenté comme une sorte de force obscure et omnipotente, il finira par avoir une vie dans les récits de Walter, avant qu’un interprète prestigieux, mais peu disponible, finisse par compléter le tableau avant de disparaitre. Bell est plus une figure mystique qu’autre chose à ce point, une légende que Walter aime entretenir, car cela lui donne espoir qu’une solution pourra être trouvée. Bell ne voulant pas mourir, il a été décidé de le ramener et, si la forme choisie pour cela a de quoi laisser perplexe, elle permet, en plus de légèrement nous éloigner temporairement des grands enjeux de la saison, d’ouvrir une porte vers de nouvelles possibilités.

Cette histoire a clairement des choses à offrir, mais peu dans cet épisode. Pour compenser, on va nous présenter l’agent Lincoln Lee de cet univers. C’était quelque chose que les scénaristes devaient garder de côté depuis quelque temps, car depuis que Lee a été introduit, on ne pouvait que se demander pourquoi on ne le croisait pas également dans l’autre univers. C’est donc désormais réglé, sans étincelle toutefois, car Lincoln Lee est un agent du FBI comme un autre, et sa participation à l’investigation apparait comme étant une coïncidence. En fait, il semble surtout question de le mettre en place pour pouvoir le ramener sans encombre par la suite.

En attendant, l’enquête de l’épisode va placer Paula Malcomson dans la peau d’une femme qui ne peut pas mourir et qui cherche à utiliser ceux qui se suicident pour rejoindre sa famille dans l’au-delà, en vain. Au départ, on nous présente une explication scientifique, mais plus on avance et plus on nous oriente vers quelque chose de plus mystique qui entraine la série dans un domaine qu’elle n’a pas l’habitude de fréquenter et qui parait plus lié à la façon de penser de William Bell qu’à celle de Walter Bishop. Allons-nous nous diriger vers une rencontre de la science avec la religion ? C’est peut-être déjà fait avec cette histoire d’âme qui ne meurt pas, attendant un son de cloche pour intégrer un autre corps.

Au final, Stowaway mélange drame et comédie, religion et science, et, bien qu’adoptant une forme plutôt standard, pourrait bien introduire des points importants pour la fin de la saison. Celle-ci est clairement en préparation, même si le rythme s’est légèrement calmé et que l’on se soit engagé sur ce qui s’apparente à une petite déviation.