Fringe - The Bishop Revival (2.14)

Olivia et son équipe se lancent à la recherche d’un scientifique qui expérimente un gaz mortel sur des individus spécifiques. Rapidement, Walter découvre que le travail de son père est lié à ce qui se produit.

La famille Bishop est pleine de mystères, comme on le savait déjà, mais ici on pousse cela encore plus loin en remontant jusqu’au grand-père de Peter qui lui aussi était un scientifique chevronné. Il travaillait en Allemagne durant la guerre, en tant qu’agent double, et cela permet de créer le contexte pour que l’on nous ramène une fois de plus le fantôme du scientifique nazi, figure emblématique des dérives les plus malsaines de la science.

Ici, il y a un twist, vu que l’on va nous suggérer que le criminel est plus que ce qu’il parait être. Étonnamment, cette piste ne sera pas vraiment exploitée, mais sera mise en avant à la toute fin, ce qui pourrait laisser penser que l’on n’a pas encore fini d’entendre parler des scientifiques nazis.

Quoi qu’il en soit, nous avons dans cet épisode une toxine qui vise des groupes de personnes spécifiques. Encore une idée qui a déjà fait beaucoup de petits dans le genre, mais qui trouve quand même sa logique grâce, justement, à la liaison avec la famille Bishop.

Pour le reste, nous avons une intrigue bien rythmée qui, malgré ses enjeux et son suspens, prend le temps d’explorer une nouvelle fois les relations passées fortement tendues entre Peter et son père. C’est une dynamique relationnelle qui ne s’épuise pas, car Walter est un personnage qui reste fascinant, malgré le temps qui passe.

Fringe poursuit sa suite de stand-alone de qualité, le niveau de la saison ayant véritablement remonté depuis la reprise. Certes, l’histoire se base sur des éléments assez classiques, mais leur utilisation, sans être révolutionnaire, arrive à délivrer ce qu’il faut de mystère et de suspens grâce à la mise en avant des personnages. C’est donc simple, mais efficace. Maintenant, il serait bien de revenir un peu sur Olivia, car il y a beaucoup de choses qui sont restées sans réponses de son côté, et ce, depuis pas mal de temps déjà.