Walter pense que le kidnapping d’un jeune prodige au piano est lié à un patient du St. Claire’s Hospital. Olivia veut alors qu’il retourne dans l’institut psychiatrique pour aider à retrouver l’enfant, malgré les oppositions de Peter.

Plus la série avance, plus on s’oriente définitivement vers de la science-fiction, qui cherche à se raccrocher à une science, mais qui est trop éloignée de quelconques préceptes pour y être réellement crédibilisée. C’est avant tout ici une question de sensation, j’avoue ne pas être du tout gênée par le fait qu’on réalise des expériences à gogo, mais vouloir tenter de rattacher à quelque chose de tangible décrédibilise presque la science-fiction que l’on nous sert. Bref, ceci n’est que mon impression, et c’est assez difficile à expliquer.

Quoi qu’il en soit, passé ce léger point, la série reste maitrisée, et je commence réellement à me prendre au jeu. La dynamique entre les personnages est parfaite, et ici, on voit bien l’évolution de la relation entre eux, tout particulièrement ce qui les attache à Walter. Au départ, le Dr. Bishop était là par nécessité, car on avait besoin de lui, et son fils voyait plus son père comme un fou. Certes, son père est instable mentalement, mais sa vision a évolué, et il a réellement développé un attachement pour lui, qui, j’en suis convaincue, s’est créé en partie grâce aux excentricités de son père. Ce dernier doit retourner dans l’institut où il se trouvait au tout début de la série, là où il a été enfermé durant des années, et autant dire que cette perspective n’est pas réjouissante. Cette expérience va avoir un impact sur lui, comme s’il lui permettait de découvrir comment les autres le perçoivent, ce qu’il peut leur faire endurer, mais aussi raviver de pénibles souvenirs. Pour l’occasion, on rencontre le Dr. Sumner, incarné par William Sadler, qui considère que la place de Walter est entre ses quatre murs, et non dans le monde extérieur où il est un danger. Il est d’ailleurs décidé à ce que l’homme retrouve sa place dans son institut, et cela risque donc de revenir sur le tapis dans un avenir proche, ou non.

La série continue son petit bout de chemin, et si, toute cette histoire de pattern reste obscure (cela risque de durer), le reste tient définitivement la route, et ce sont les relations et interactions des protagonistes qui font la force de l’épisode – et du show en général.