Fringe - Unearthed (2.11)

Une adolescente se réveille malgré une mort cérébrale déclarée quelques minutes auparavant. Elle semble connectée avec un militaire disparu qui va bientôt se manifester au travers d’elle.

Pour le lancement de sa seconde mi-saison, Fringe veut jouer la confusion en nous entraînant dans le passé de la série, en quelque sorte. On se retrouve donc replongé dans l’atmosphère de la saison 1, avec les mêmes décors et ce bon vieux Charlie. Loin des derniers évènements liés aux univers parallèles… ou non. Peut-être que cela se déroulait justement sur une Terre qui n’est pas la nôtre.

Mais peu importe pour le moment, car une fois l’épisode terminé, on n’en saura pas plus sur la situation précise de ce qui, jusqu’à ce qu’un contraire soit établi, est assimilé à un épisode perdu de la saison 1. Le but étant peut-être simplement de combler un pan de l’histoire qui sera nécessaire pour la suite. Si c’est le cas, on peut dire que cela aurait pu être fait de manière plus explicite.

On va donc prendre l’affaire comme elle vient, même si la première apparition de Charlie a de quoi surprendre. En parlant de ça, justement, l’épisode accueille quelques guest stars que Kirk Acevedo connait bien. Amy Carlson avec laquelle il a travaillé sur Law & Order : Trial By Jury, mais aussi Sean Dugan et Scott William Winters qu’il a côtoyé dans Oz. Seule Annie Parrisse qui était pourtant dans Law & Order n’est pas déjà apparue à ses côtés précédemment.

Enfin, tout ceci est pour l’anecdote, pour les fans de l’acteur, car cela n’influe pas sur l’intrigue. Celle-ci est emballée comme tous les autres dans Fringe. Du classique, dira-t-on. Un sentiment qui est vraiment amplifié par l’ambiance saison 1 qui règne. Cela n’empêche pas à cette affaire de possession d’avoir quelques twists intéressants et d’offrir une perspective originale sur le concept d’exorcisme.

Walter va avoir des doutes, mais une fois qu’il a une idée en tête, il est débordant d’énergie. Le contexte obscur de l’épisode nous pousse d’ailleurs à scruter pour la moindre différence et il y en a certaines qui pourraient bien ne pas en être – à force de chercher, l’incertitude né.

Bref, si on enlève la recherche sur la place de l’épisode dans la série, il faut reconnaitre que tout ceci reste assez standard pour Fringe. Il y a de bonnes idées, mais cela compense difficilement les difficultés que l’on peut rencontrer à adhérer à ce changement d’ambiance.

N.d.A : Après quelques recherches, il semble donc que cet épisode faisait partie de la commande originale de la saison 1, mais qu’un changement de calendrier a fait qu’il ne fut pas diffusé à l’époque. La chaine l’avait mis de côté jusqu’ici et a insinué des doutes en sous-entendant sur son site officiel qu’il aurait pu s’agir d’un épisode se passant dans un monde parallèle. L’humour à la FOX, il faut croire.