Futurama – Into the Wild Green Yonder

Leo Wang veut construire un terrain de mini-golf intergalactique qui entrainera la destruction d’une planète pleine de vies en danger d’extinction. Alors que Leela devient terroriste écologique, Fry se retrouve à jouer un rôle clé dans une guerre entre le bien et le mal qui débuta à l’origine de la vie.

Voici le dernier des 4 Direct-to-DVD que la Fox avait commissionné. À ce niveau-là, il est difficile de savoir si nous avons l’ultime épisode de Futurama ou si d’autres viendront. Dans cet esprit, et plus particulièrement, dans celui de la série, Ken Keeler – qui avait déjà signé le dernier épisode de la série régulière – nous offre une fin digne des livreurs de Planet Express.

Mais commençons par le commencement. L’histoire se divise en 4 parties, comme pour les précédents, car le découpage permet une diffusion tv plus facile. Mais, alors que Bender’s Game et The Beast with a Billion Backs souffraient de ce découpage, Into the Wild Green Yonder n’aura à déplorer qu’une faible entrée en matière, car les parties 2 à 4 font preuve d’une très bonne homogénéité qui permet à l’histoire d’être plus captivante.

Donc, le début, plutôt faible, nous emmène à Mars Vegas et met Bender au centre d’une histoire d’amour à sa sauce avec une robot-danseuse exotique et un mafieux. Vegas quoi. Alors que Leela impose la thématique fortement écologique du récit, Fry se retrouve avec le pouvoir de lire les pensées. Même si la partie de poker permet – commentée par Penn & Teller – de regrouper un peu tout le monde, ce ne sera pas suffisant pour donner de l’intérêt. Malgré ça, les éléments les plus importants sont déjà là, même ceux qui paraissent anodins, comme Fry qui sympathise avec un sans-abri un peu illuminé qui se révèlera être un membre de la « Legion of Mad Fellows » qui veut aider à l’émergence du Chi, une force qui annonce un nouvel âge Vert.

C’est le petit grain de folie à la fois absurde et inattendu qui a toujours fait la force de Futurama, et qui sera, ici, un bon moyen d’installer des enjeux majeurs qui vont nous permettre de véritablement entrer dans l’histoire.

Nous avons donc d’un côté Leela qui milite et tente de faire tomber Leo Wang, aidée de son groupe d’éco -terroristes, les Feministas. D’un autre, Fry qui fait de l’infiltration pour saboter de l’intérieur les plans du Dark One, un être nuisible et surpuissant qui ne veut pas du Chi. Au milieu, Bender se joint au gouvernement pour stopper Leela – et l’empêcher de battre son record de crimes -, tandis que Farnsworth, Zoidberg et Hermes tentent de faire fonctionner Planet Express avant de se faire prisonnier par les féministes.

Avec une bonne dose de mystère, de l’action, l’humour de la série toujours intact, et la galerie de personnages secondaires toujours présente, Into the Wild Green Yonder se révèle être d’un très bon niveau, venant se frotter à Bender’s Big Score et nous faisant légèrement oublier le décevant Bender’s Game. Il est donc dommage que le démarrage soit aussi inégal, il gagne en intérêt avec l’avancement de l’histoire, ce qui garantit un second visionnage plus agréable.

Bref, on est en bout de course. L’équipe de Planet Express fonce tout droit dans un Vortex, ignorant où ils ressortiront, et même s’ils ressortiront. Il nous reste plus qu’à espérer qu’on les reverra rapidement pour des aventures inédites.

Le DVD

Toutes les informations sur le contenu de ce DVD proviennent du test effectué sur l’édition Zone 1.

Les menus

pdvd_029 pdvd_030
pdvd_031 pdvd_032

Les bonus

Comme d’habitude, il y a une bonne quantité de bonus, dont certains forment presque une série vu qu’on en trouve de ce genre sur chacun des Direct-to-DVD.

  • Audio commentary by Matt Groening, David X. Cohen, John DiMaggio, Maurice LaMarche, Patric M. Verrone, Michael Rowe, Lee Supercinski and Peter Avanzino

Plutôt réservés aux Fans, nous avons ici un mélange entre acteurs, réalisateurs, producteurs. Résultat : des anecdotes aussi bien sur la création, l’écriture, les voix, mais surtout, l’explication des références, de certaines blagues très discrètes et un peu de promo.

  • Storyboard animatic: Into the Wild Green Yonder, part 1

Bonus d’un type déjà rencontré dans les DVDs de la série, vu qu’il s’agit de la première partie au format storybard. Ce n’est donc pas de l’animation, juste des dessins avec des annotations et les voix des personnages ajoutées sur les scènes.

  • Docudrama : how we make Futurama so good

Making of un peu loufoque où l’on apprend que Lauren Tom – qui fait la voix d’Amy – est la seule auteure de la série, qu’elle fait toutes les voix, qu’elle dessine toutes les scènes sur des rouleaux de papiers hygiénique, que la 3D de la série se fait avec des jouets et du fils sur des fond blanc. Lauren fait aussi la musique et les bruitages. Enfin, on voit la fabrication eco-friendly des DVDs avec un gaufrier. Et pour finir, Lauren embrasse tous les disques avant de les expédier.

A noter que la petite animation sur PQ visible dans ce faux-documentaire est trouvable dans un bonus caché.

  • « Louder, Louder! »: the acting technique of Penn Jillette

Penn Jillette parle de son travail de voix sur le film.

  • Golden stinkers: a treasury of deleted scenes

Les traditionnelles scènes coupées. 5 scènes qui n’apportent effectivement pas grand-chose, juste quelques blagues qui ont été supprimées.

  • Matt Groening and David X. Cohen in space

Comme dit dans le titre, Matt Groening et David X. Cohen partent dans l’espace, en quelques sortes. Ils vont dans un vol commercial un peu particulier dans lequel la gravité disparait à un certain moment.

  • How to draw Futurama in 10 very difficult steps

Encore un bonus habituel : apprendre à dessiner Farnsworth, Nibbler, The Hypnotoad, et Fry.

  • 3-d models with animator discussion

Idem, un bonus régulier de la série, la construction des modèles 3D de différents objets, planètes, véhicules, le tout commenté par le réalisateur de l’épisode et le responsable de la 3D.

  • Bender’s movie theater ettiquette

Petite featurette mettant en scène Bender qui fait tout ce qu’il ne doit pas faire dans un cinéma.

  • Zapp Brannigan’s guide to making love at a woman

Pour finir, les conseils de séduction de Zapp, auto-proclamé expert.