Bender découvre qu’il a un défaut de fabrication : il ne possède pas d’unité de sauvegarde. Par conséquent, il n’est pas immortel et il est bien décidé à trouver l’homme qui l’a induit en erreur toute sa vie, un inspecteur de qualité dont il ne connait que le numéro. Avec Hermes, ils partent dans l’univers de la bureaucratie pour trouver cet homme mystère.

Bender n’est pas immortel. Il ne pourra vivre que quelques millions d’années s’il n’est pas tué avant. C’est le drame pour lui, devenir aussi mortel que les sacs à viande qui lui servent d’amis.

L’excuse est là pour envoyer Hermes une nouvelle fois dans le monde de l’administration et, pour l’occasion, il s’adjoint les services de Bender. Un duo qui est presque improbable, mais c’est pour ça que ça fonctionne aussi bien. Il faut dire que l’on se retrouve avec un mélange de genres qui va permettre aux deux personnages de s’exprimer pleinement, usant chacun de leurs univers respectifs et de leur ton propre pour blinder l’épisode de gags et de références plutôt inspirées.

À cela, ajoutons que le rythme soutenu de la course poursuite infernale avec des robots tueurs permet de ne pas nous laisser nous égarer.

Dans tout ça, nous avons le plaisir de voir un Bender véritablement bien mis en valeur. Comprendre qu’en plus d’être le moteur de l’humour et de l’histoire, il a l’opportunité de jongler avec des émotions comme seul un personnage aussi versatile que lui peut le faire. Hermes, par contre, aurait gagné à être un peu moins un faire-valoir, mais la fin de l’épisode crédibilise ses réactions et apporte une nouvelle dimension au personnage, ce qui n’est pas négligeable.

Lethal Inspection est donc un condensé des bonnes choses qui sont faites dans Futurama. Dommage par contre que la majorité des personnages restent en retrait sans réelle storyline secondaire, même si la chute n’est pas mauvaise pour autant.