Quand Eddard se réveille, Jaime s’est enfui et le Roi lui redonne sa place à son bras droit avant de partir chasser. En Eyrie, Tyrion doit être jugé par Lady Arryn. À Vaes Dothrak, Viserys se montre de plus en plus impatient, alors que sa sœur participe à une cérémonie qui doit assurer que son bébé soit un garçon.

Daenerys : He was no dragon. Fire cannot kill a dragon.

L’épisode précédent se terminant sur Lord Stark, abandonné, blessé en pleine rue, il n’est pas étonnant que l’on reprenne avec lui. Il se réveille et le Roi et la Reine sont à son chevet, prêts à résoudre le différend causé par l’arrestation de Tyrion. Cersei se montre particulièrement agressive et cela posera le ton pour ce qui animera les futures décisions de Ned. Un fossé se creuse et on nous annonce de manière très explicite qu’une guerre se prépare.

Les Lannister du Sud contre les Stark du Nord, et au milieu, Robert Baratheon. Lui seul maintient l’ordre, et il semble qu’aller chasser soit sa façon de ne pas simplement exploser de rage face au comportement de ceux qui l’entourent. En faisant ainsi, il laisse tout de même la porte ouverte à Ned qui va jouer une carte de plus dans ce qui se présente comme une suite sans fin de provocations contre les Lannister. Ceux-ci font tout pour le tenter, et il cède à chaque fois. L’honneur de Lord Stark est indiscutablement son point faible.

L’épisode va également mettre en avant la place des enfants Stark dans l’équation, tout particulièrement Robb qui n’a jusque-là pas été très présent. En fait, Theon Greyjoy a obtenu plus d’attention que lui et ça ne change pas beaucoup ici, même si ce coup-ci, Robb a l’opportunité d’affirmer sa position et de sortir son épée pour défendre son frère. Déception de ce côté-là, car une fois de plus, les direwolves ont été oubliés.

Quoi qu’il en soit, A Golden Crown ne passe pas vraiment beaucoup de temps avec les uns et les autres. Certes, cette fois encore, Jon Snow n’est pas présent, mais les personnages dans les 7 kingdoms sont de plus en plus éparpillés et il faut les suivre, en plus d’offrir à Daenerys l’occasion de voir son histoire avancer d’un cran.

Tyrion parviendra tout de même à nous divertir pleinement, avec ses dialogues toujours aussi imagés et affutés, et son procès qui devient sanglant en nous dévoilant une façon locale de faire la justice. La Eyrie n’était clairement pas la carte qu’aurait dû jouer Lady Catelyn, mais elle n’est pas la seule à commettre des erreurs, car sa sœur, comme tant d’autres, sous-estime Tyrion et perdra alors l’opportunité d’apaiser sa folie. Cela dit, elle offrira à Bronn une chance de gagner sa place aux côtés de Tyrion ; ce qui est une meilleure introduction que tout ce qu’il a eu jusque-là.

Dans le Sud, très au Sud, de l’autre côté de la Narrow Sea, à Vaes Dothrak, la ville sacrée des Dothraki, Daenerys continue d’être la Khaleesi tandis que son frère se montre de plus en plus impatient. La chute de Viserys a toujours été évidente, mais cet épisode lui offre tout de même l’opportunité de nous rappeler une fois de plus pourquoi il ne peut que descendre, et non monter vers les sommets qu’il pense être ceux où il a sa place. Viserys est unidimensionnel, ce qui ne lui enlève pas son utilité dans l’histoire. Il atteint ici à merveille son but, donnant à sa sœur ce qu’elle avait besoin pour s’émanciper de lui. De plus, il ajoute à toute cette storyline un intérêt qui commençait sérieusement à lui manquer.

Au final, A Golden Crown permet à Tyrion et à Daenerys d’avancer concrètement dans leurs intrigues respectives, tandis que les autres personnages s’efforcent surtout d’aggraver leur cas afin de préparer la suite et de ne pas laisser de place au doute. La guerre s’approche, Robert nous l’avait annoncé dès le départ, et maintenant que Ned a finalement découvert quel était le secret qui avait couté la vie de Jon Arryn, il est difficile d’imaginer beaucoup d’autres options de toute façon.