Game of Thrones : Le Dragon et le Loup (7.07 – fin de Saison)

Sans surprise, cette critique de Game of Thrones contient des spoilers. Lisez à vos risques et périls !

Au cas où vous l’ignoreriez, l’Armée du Night King approche. Jon aura passé toute cette saison 7 de Game of Thrones à devoir prouver l’existence de cette menace venant d’au-delà du Mur et nous arrivons à la fin de ce périple. Les scénaristes David Benioff et D. B. Weiss doivent alors trouver comment intégrer les « modestes » enjeux dans cette guerre entre morts et vivants sans qu’ils perdent de leur force émotionnelle.

Cette saison 7 de Game of Thrones se conclut avec un épisode qui se repose principalement sur ses dialogues, multipliant les expositions dans toutes les directions pour faciliter les quelques retournements de situations, trahisons et révélations qui n’en sont pas vraiment. Cet épisode n’est pas dénué d’une certaine maladresse, car il n’est jamais aisé de communiquer des informations de manière satisfaisante lorsque le spectateur les connait déjà.

L’équipe de Game of Thrones peut compter en grande partie sur ces acteurs, à commencer par la famille Lannister. Chaque face-à-face possède une charge émotionnelle parfaitement retranscrite par les interprètes tout en poussant à remettre en perspective les rapports entre Cersei et ses frères, Tyrion et Jaime.

Alors qu’il est temps pour Cersei de rencontrer un soldat de l’armée du Night King – et la scène n’est pas dénuée d’impact – ce final est plus intéressé par les effets de la trahison en revenant aux actes qui ont entrainé de nombreuses chutes. Chez les Lannister, Tyrion porte le poids de la destruction de sa famille, alors que les Stark agissent pour se débarrasser de l’homme qui a brisé leur Maison : Littlefinger.

Personnage majeur de l’ombre, Lord Baelish avait perdu de sa splendeur au fil du temps au point que, bien souvent, on pouvait se demander quels étaient son véritable plan et l’objectif qu’il cherchait à atteindre. Ce roi de la manipulation n’a pu prédire sa chute, car il n’aura au fond pas su s’adapter au Nouveau Monde, continuant à jouer un jeu qui intéressait finalement plus beaucoup de monde.

Il est néanmoins regrettable de le voir partir à un moment où on est plus proche du soulagement qu’autre chose. Au point de départ, Lifflefinger était un personnage intéressant et il est éliminé au moment où il était devenu difficile de saisir le but de ses manipulations. Les résumer à son attachement pour Sansa parait trop restrictif, mais peut-être était-ce l’intention des scénaristes.

Il aura au moins servi à consolider la famille Stark, et spécifiquement la relation entre Sansa et Arya. Benioff et Weiss ont cherché à nous tromper avec la rivalité du précédent épisode, bien que l’écriture précipitée et forcée ait surtout laissé dubitatif à ce moment-là.

Il n’y a pas que les Stark qui ont grandi, c’est aussi le cas pour Theon qui se lance dans une quête pour sauver sa sœur Yara en voulant partir à la poursuite de son oncle Euron. Le personnage est finalement arrivé au terme d’une longue évolution, entre torture, traumatisme et reconstruction individuelle, et cela est étrangement gratifiant.

Et si l’on doit revenir aux origines des conflits de Westeros, se pencher sur celle de Jon est incontournable. La série utilise Sam et Bran pour mettre à plat ce qui avait déjà été indirectement révélé, en s’assurant en même temps que les traditions familiales des Targaryen perdurent. L’histoire n’est qu’un éternellement recommencement, après tout. On peut par contre s’interroger sur les visions de Bran qui a besoin des éclaircissements de Sam présentement. Ne devrait-il par pouvoir le voir ?

Certains évènements prennent donc place avec gaucherie. Ce n’est pourtant pas faute à un manque de temps. L’épisode dure 80 minutes et on ne les sent pas particulièrement passer. Cependant, cette saison de Game of Thrones a souvent été précipitée malgré des moments parfaitement orchestrée. Il est juste désolant que les scénaristes de Game of Thrones se soient montrés si peu subtils dans leurs intentions ; la relation entre Jon et Daenerys (et les multiples rappels sur le fait qu’elle ne peut avoir d’enfant) aurait pu se développer avec plus d’harmonie à l’aide d’une écriture plus adroite.

Cet ultime épisode de saison 7 de Game of Thrones nous pousse vers l’inévitable, soit la confrontation avec l’armée des morts, avec sa scène finale. Les épisodes précédents ont tout préparé pour nous mener à cet instant, tout en s’attelant à déplacer les personnages sur l’échiquier pour la saison suivante. Si tout ne s’imbrique pas avec fluidité, on boucle cette saison 7 avec un épisode qui mène à bien ce qui a été construit et développé. Il reste encore bien des choses à accomplir, mais il y a véritablement la sensation que nous sommes arrivés à ce moment que Jon n’a cessé de nous annoncer. Ce moment qui nous signifie qu’il ne reste plus qu’une saison de Game of Thrones que l’on va attendre avec impatience.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link