Le Roi revient de la chasse gravement blessé. Mourant, il donne à Ned le pouvoir, mais celui-ci doit se préparer à une contre-attaque de la part de la Reine. Daenerys tente de convaincre Drogo de partir en guerre pour gagner le Trône de Fer.

Si le décès de Viserys n’était pas suffisant pour rappeler que personne n’est à l’abri dans Game of Thrones, le destin tragiquement ironique de Robert Baratheon a de quoi mettre les spectateurs sur leur garde. La mort guette à Westeros et de l’autre côté de la Narrow Sea, ainsi qu’au nord du Nord, par delà le Mur.

Oncle Benjen n’est pas revenu pour mourir auprès de ses frères, mais son cheval, lui, a fait le voyage. Une bien triste nouvelle au moment où nous retrouvons enfin Jon. Celui-ci n’est pourtant pas au bout des mauvaises surprises qui vont ponctuer sa journée. Son destin au Nightwatch prend une tournure inattendue et il faudra que Pyp et Sam lui offrent une bonne perspective pour qu’il parvienne à enterrer son égo blessé. C’est un trait de caractère très marqué chez les Stark, toujours vouloir que les choses tournent de façon à rester logiques et honorables. Quand ça n’a pas de sens, c’est la confusion qui s’installe. Eddard va d’ailleurs illustrer ça à plusieurs reprises dans cet épisode. En tout cas, au Mur, le moment était venu de reconnecter avec ce qui se passe, car la fin de saison est proche et les mauvais présages s’accumulent. Dans ce sens, Osha, la prisonnière des Stark, nous offre un rappel des menaces venant du Nord. C’est ce qu’elle fuyait et c’est probablement ce que Benjen a rencontré. Dommage par contre qu’elle n’ait pas l’opportunité de s’étendre un peu plus sur le sujet, mais on peut toujours en profiter pour blâmer Theon d’être une fois de plus nuisible à cause de son égo.

Cela dit, il n’est pas le seul à être légèrement irritant avec ses dialogues répétitifs. Ici, Littlefinger nous offre une longue scène explicative qui ne fait que redire ce que l’on savait de lui. C’est probablement là pour que l’on ne doute pas de ce qui l’anime quand il décide de faire ce qu’il fait à la fin, mais c’était optionnel, au mieux.

De toute façon, l’épisode souffre d’avoir des scènes d’exposition longues et répétitives. Il est question de poser le climat adéquat à un changement de conjoncture drastique à King’s Landing, mais s’il apparait nécessaire de dévoiler le jeu de Ned, on ne peut pas forcément dire que c’est fait avec la finesse qui a pourtant souvent fait effet dans la série jusque-là.

Cersei en ressort plus forte, car elle est rapidement mise en retrait et ne revient qu’une fois qu’elle est prête à jouer sa part. On peut par contre regretter qu’elle ne se soit pas vue offrir une scène d’adieu avec Robert. Après ce qui a été accompli pour expliquer leur relation, un dernier au revoir aurait été parfait et aurait pu donner à la Reine l’opportunité d’avoir une vengeance aussi cruelle que possible.

En tout cas, il n’y a pas que de ce côté qu’il y a de l’agitation, car à Vaes Dothrak tout se met en branle. Il va falloir un peu de mise en place, mais Drogo va promettre à sa Khaleesi ce qu’elle veut le plus. Ici aussi, la finesse n’est pas forcément très présente, mais avec les dothrakis, c’est un terme que l’on emploie peu. On peut quand même dire que ce qui entoure Ser Jorah Mormont aurait pu être moins explicite, ça n’aurait certainement pas changé grand-chose à la suite.

You Win Or You Die est un titre approprié. Des personnages gagnent quand d’autres risquent leur vie. En tout cas, c’est clairement un épisode majeur dans l’histoire de la série, car la mort de Robert provoque un séisme dont les répercussions ne vont pas tarder à être ressenties d’un bout à l’autre de son royaume, et même au-delà. Dommage donc que l’écriture de certaines scènes soit un peu faible. Les scénaristes semblent avoir préféré jouer la sécurité en étant trop explicites au point où ça devient presque gênant par moment. Heureusement, la qualité du casting offre une fois de plus une belle compensation.