Gilmore Girls - The Long Morrow (7.01)
La CW a commencé sa rentrée et l’une de mes premières séries à reprendre sur cette chaîne se trouve être Gilmore Girls. En plus d’être sur la nouvelle chaîne, cette saison 7 inaugure le départ des Palladino, créateurs de la série, et donc la reprise en main par David S. Rosenthal.

À la fin de la saison 5, cette nouvelle aurait pu inquiéter. Amy Sherman Palladino a quand même écrit les meilleurs épisodes de la série. À la fin de la saison 6, cela apparaît au fond comme une bonne chose. Un peu de changement ne peut faire de mal à une série qui existe déjà depuis un petit bout de temps. Mme Palladino paraît s’être perdue un peu en cours de route dans la saison 6, et quelqu’un doit remettre tout cela sur les rails.

Le premier épisode de la saison 7 nous offre approximativement tout ce qu’on aime dans Gilmore Girls : une bonne ambiance, des répliques drôles, des scènes touchantes.

Rory est excellente, et il y avait bien longtemps qu’elle avait été aussi en forme. Tous les personnages secondaires ou presque ont droit à leur scène pour notre plus grand plaisir. La scène de l’accident de voiture nous rappelle ce que c’est que la vie à Stars Hollow : une petite ville sous acide ou tout est rose ou presque, et où il fait bon vivre, et encore plus si on est ridicule.

Retourner dans le monde des Gilmore se fait donc avec plaisir. Il semble que l’une des choses les plus difficiles à gérer pour le scénariste soit l’état d’esprit dans lequel se trouve Lorelai. Reprenant exactement là où nous nous étions arrêtés, Lorelai a donc couché avec Christopher et est toujours aussi malheureuse. Et malgré cela, on arrive quand même à retrouver dans cet épisode la Lorelai qu’on aime tant. On oscille entre ces deux personnalités, l’heureuse et la triste. Lauren Graham a apparemment oublié la demi-mesure dans cet épisode, et a dû mal à trouver ses marques. Pour la première fois, son personnage se retrouve en position de faiblesse et depuis bien longtemps, on sait qu’elle a tort. À part les grands adorateurs du personnage qui peuvent continuer à se mentir à eux-mêmes, il est mis assez clairement en avant qu’elle s’est mal comportée, et presque tout le monde semble le penser. Elle est même a chaque obligé de dire qu’entre elle et Luke c’est fini, alors que tout le monde dit : « Mais non, c’était qu’une grosse dispute. » À l’évidence, Lorelai a pris cette décision toute seule, et tout autour d’elle le lui crie. Et quand Luke revient enfin sur terre, c’est trop tard.

Sans vouloir critiquer Mme Palladino, elle avait tendance à faire que Lorelai ne fasse pas beaucoup de faux pas. Celui là était-il planifié ou est-ce la façon qu’à David Rosenthal de nous présenter les faits qui nous montre à quel point le personnage à plongé ?

La suite de la série nous en dira plus sur la direction que toute cette histoire va prendre. En attendant, on est triste pour Luke, et c’est bien la première fois depuis longtemps, et ça fait presque plaisir. Pas qu’on aime être triste, mais il y avait un petit moment qu’on s’était senti aussi proche de lui.

Rory, quant à elle, nous permet d’avoir l’une des meilleures scènes de l’épisode avec Paris, qui est déjà bien en forme. Ça promet pour la suite des évènements. Et le coup du cadeau de Logan était bien bon, autant que la scène de sport avec Lorelai. Un pur moment Gilmorien !

En attendant, le gars Logan a de l’ambition quand ils annoncent à notre chère Rory de dire à sa maman qu’elle ne sera pas là pour Noel. Le gars a organisé tout un voyage sans demander l’avis à sa dulcinée. C’est bien attentionné, mais c’est poussé, et Rory se retrouve quelque peu désemparé.

Un épisode concentré sur les histoires de cœurs de nos héroïnes, mais qui se révèle de très bonne facture pour démarrer une bonne saison. Il n’y a plus qu’à continuer comme ça.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire