Kurt met en ligne une vidéo de Sue dansant sur du Olivia Newton-John et la coach devient la risée du lycée et notamment de la nouvelle prof de badminton, Brenda Castle. Une liste des élèves les plus sexy du Glee Club apparaît mystérieusement et Will doit en trouver l’auteur s’il ne veut pas perdre le club. Rachel décide de faire un clip vidéo pour changer son image. Sue pousse Emma à dire ses quatre vérités à Will.

Glee renoue avec le succès dans un épisode au cocktail savamment dosé entre humour, mélodrames et chansons pop. Même Rachel, qui a hérité depuis que Terri n’est plus là du titre de personnage le plus insupportable, est à mourir de rire !

Il n’y a finalement que la façon poussive dont les scénaristes essayent de nous vendre l’humanité de Sue qui pêche dans l’épisode. Les scènes qu’elle partage avec sa sœur trisomique sont certes pleines de tendresse, mais quelque chose sonne faux.

Après son clip sur Vogue, Sue remet le couvert cette fois avec Physical d’Olivia Newton-John. L’ex-star des années 70 revient botoxée à mort pour essayer de ranimer sa carrière avec une reprise électro de son titre phare et c’est assez réussi… si on oublie à quel point Jane Lynch est raide comme un bâton.

Les autres morceaux musicaux sont tout aussi jouissifs, de la prestation de Will, décidément incroyable dans n’importe quel registre, sur Ice, Ice, Baby ou le numéro à la bibliothèque d’Artie et la bande en pantalons lamés bouffants sur Can’t touch this, on s’en prend plein les yeux et c’est assez entraînant.

Côté mélodrame, la série revient sur les hommes de la vie de Rachel et la diva malgré son nez à la Barbra Streisand et son égo tout aussi démesuré a un sacré palmarès : Puck, Finn et Jesse. Elle qui rêve de popularité décide de tabler sur ses conquêtes pour redorer son image et les effets sont bien loin de ce qu’elle avait espéré. Mais pour nous, c’est l’occasion d’assister à un clip kitchissime sur Run, Joey, run, chanson ultra pop où la belle joue les héroïnes tragiques aux côtés de ses chevaliers servants. Ses sourires Colgate et son clin d’œil final sont des perles et la réaction des garçons qui pensaient chacun avoir le seul et unique rôle masculin, vaut le détour.

L’autre moment fort de l’épisode c’est assurément l’intervention d’Emma, boostée par Sue qui a momentanément décidé de se montrer altruiste. La conseillère surgit dans la salle des profs pour dire à Will ce qu’elle pense de lui et de ses batifolages et il était temps que la rouquine prenne enfin les choses en main. « You’re a slut, Will ! » est la réplique la plus justifiée et aussi la plus drôle qu’elle ait eu à lancer.

La guest du jour, Molly Shannon, présente une alternative intéressante à l’éternelle rivalité entre Will et Sue. Jeter une prof aussi cinglée que la coach des Cheerios dans l’arène et en faire une possible Némésis pour Sue permettrait certainement de sortir le personnage de son assommante routine.

On ajoute un mix de scènes d’interrogatoires à la Law & Order au montage efficace, une jolie scène assez émouvante entre Will et la délicieuse Quinn et une mise à niveau nécessaire, mais douloureuse de la relation entre Will et Emma et on obtient un épisode de très bonne facture qui assure avec force efficacité sa fonction première de divertissement.

La dernière scène sur le classique Total eclipse of the heart conclut de façon royale l’épisode, même avec son côté tutu et ballerine, qui frôle le ridicule. Qui aurait cru que Rachel pouvait encore se montrer aussi touchante. J’aurais presque envie de dire « Encore ! »

avatarUn article de .
3 commentaires