Glee - Mattress (1.12)

Sue obtient du principal que le Glee Club n’apparaisse pas sur la photo de l’album du lycée, ce qui finalement convient à tout le monde, soulagé d’éviter les brimades liées à leur statut. Mais Will refuse de se laisser faire et propose d’acheter un encart. Rachel, de son côté, décroche une pub pour des matelas avec le reste du groupe. Will découvre enfin la vérité à propos de la grossesse de Terri.

L’épisode de la semaine est clairement construit en deux temps. La première partie se concentre sur le problème de la photo et la seconde sur la découverte de la vérité par Will et ses conséquences. Car oui, le jour est enfin arrivé : Will apprend que Terri s’est foutu de lui depuis le début et bon sang que ça fait du bien d’être libéré de cette intrigue qui nous a quand même plombé toute la première moitié de saison.

Rien pourtant au départ ne laissait présager que cet épisode serait celui de la grosse révélation. Sue manigance, Will riposte, les élèves se retrouvent pris au milieu, Rachel s’insurge et Finn se dandine d’un pied sur l’autre. Rien de plus classique pour Glee. On continue de surfer sur la thématique du paria qui se doit de trouver en lui le courage d’affronter le regard des autres pour affirmer sa différence. Une fois de plus Rachel apparaît comme la fille que rien n’arrête dans la conquête de son rêve et Finn comme l’ado qui n’arrive pas à se décider. Au stade où j’en suis, j’ai juste envie de le frapper pour lui enlever ce sourire contrit et idiot du visage. Leur reprise de Smile de Lily Allen souffre d’ailleurs de son perpétuel air ahuri.

Mais alors qu’on regarde Rachel obtenir un contrat publicitaire pour vendre des matelas et les gamins sautés en chantant comme sur des trampolines, fiers et heureux de prouver qu’ils ne sont pas les losers que les autres croient qu’ils sont, Will fait une découverte. LA découverte. Un des faux-ventres de Terri rangé au fond d’un tiroir. Et la confrontation entre les deux époux est à la hauteur de ce qu’on pouvait attendre. Terri se défend comme elle peut et pour une fois le personnage sonne juste et on ressent enfin sa peur panique de le perdre. Will, en face, est partagé entre colère et douleur et Matthew Morrison s’en sort remarquablement bien. Pour une intrigue aussi pourrie, n’ayons pas peur des mots, sa résolution est une vraie bonne surprise.

C’est là que toutes les petites pièces du puzzle se mettent savamment en place et on aurait presque envie d’applaudir s’il n’y avait pas eu autant d’hésitations et d’approximations jusque-là. Qui dit pub, dit paiement, même si c’est en matelas et qui dit paiement dit professionnels, excluant ainsi les élèves des compétitions amateurs. Sue se jette bien évidemment sur l’occasion pour faire appliquer le règlement et Will, qui s’est servi d’un des matelas après avoir claqué la porte de chez lui, accepte d’endosser la faute pour épargner ses élèves. Décidément, ce n’est pas l’épisode. Surtout qu’Emma lui fait comprendre qu’elle a choisi de renoncer à lui.

Heureusement Quinn intervient et se sert de ce qu’elle a appris en tant que Cheerio pour obtenir de Sue une pleine page photo dans l’album. C’est toujours ça de pris. De tous les personnages, elle est sans conteste celle qui s’est le plus révélée au cours de cette première moitié de saison. Sa façon de tenir à tête à ce tyran de Sue est un vrai moment de bravoure.

Le montage final laisse un goût amer avec des élèves unis, mais sans Will, et une photo du Glee Club souillée par des footballeurs abrutis, comme la tradition l’exige. Même avec les meilleures intentions certaines choses ne changent pas.

Mattress est un très bon épisode, riche en confrontations, qui choisit enfin de se concentrer efficacement sur le développement de son intrigue et met en place les éléments nécessaires pour un big finish avant la coupure de mi-saison. La semaine prochaine, c’est au tour de Finn de s’en prendre plein la tête, je savoure d’avance.

avatarUn article de .
2 commentaires