Glee – Pot’O’Gold (3.04)

3 Nov 2011 à 0:05

Sue, qui vient de réussir à faire supprimer les fonds pour la comédie musicale annuelle, se trouve un adversaire en la personne de Burt Hummel. Côté Glee Club, les désertions continuent et Santana tente d’embarquer Brittany avec elle.

Après Asian F (3.03) qui était réussi de bout en bout, Pot’O’Gold se devait de maintenir le niveau. Autant le dire tout de suite, ce quatrième épisode n’est pas le successeur attendu. Pas pour autant raté, il manque d’ambition ci et là, ce qui donne un résultat en demi-teinte.

C’est principalement l’ambiance qui va plomber l’ensemble. Pas particulièrement rythmé, pas de vanne XXL à se mettre sous la dent, l’épisode se traîne par endroits, notamment sur les délires irlandais. Le nouveau venu, Rory, possède pourtant du talent et un look old school à la Elvis Presley qui lui donne un charme désuet inédit dans la série, parfois hype jusqu’à l’excès. Mais le personnage manque encore de charisme et de profondeur pour se fondre dans l’univers outrancier de Glee. Une petite entrée en matière donc, mais qui reste à surveiller de près.

Alors que l’épisode précédent avait resserré ses intrigues, il est aussi surprenant de voir que celui repart dans l’autre sens. La concurrence des chorales, le bébé de Quinn et Puck, la candidature de Sue, plus l’arrivée du nouveau, tout cela fait du monde, et il aurait été plus digeste pour le spectateur de n’ingurgiter qu’une ou deux histoires afin d’en garder pour la suite. L’éparpillement n’a jamais été le fort la série. Même les chansons, excepté « Candyman » (la seule exécutée par l’autre chorale, un signe ?), restent trop dans le rang. Glee se paye même le luxe de « rater » une reprise de Katy Perry, qui lui avait toujours réussi jusque-là. Étrange.

Mais tout n’est pas noir, loin de là. Sue avait été relativement invisible en ce début de saison. Entre son « Sue’s Corner » et ses 2 entrevues avec Burt, le coach est bel et bien fidèle au poste. La bataille annoncée Sylvester/Hummel pourrait bien être le facteur de grandes punchlines puisque le père de Kurt (fantastique Mike O’Malley) semble bien armé pour résister. À suivre également.

Glee, malgré la dispersion, reste attachée à ses valeurs, à savoir celle d’un show qui aime ses personnages et ce qu’ils défendent. Là encore, Burt renvoie à Will tous les bienfaits de l’art et de la culture sur la vie de son fils, et des adolescents en général, en vecteurs d’épanouissement et d’intégration sociale. Une petite morale humaniste qui ne fait pas de mal et qui rassure sur notre société. Ça fait toujours plaisir.

Pot’O’Gold est donc annonciateur de bonnes choses plus qu’il n’en délivre aujourd’hui. Le risque de ce genre d’épisodes est toujours de ne pas tenir ses promesses, comme l’a déjà fait Glee par le passé, et bien d’autres séries avant elle. Le show ne faisant que commencer sa saison, laissons-lui le bénéfice du doute.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires