Glee – Preggers (1.04)

Pour essayer de cacher son homosexualité à son père, Kurt rejoint l’équipe de football et s’en sort étonnamment bien. Décidée à récupérer ses pompom parties vers le Glee Club, Sue, à force de manigances, impose Sandy comme nouveau directeur artistique du lycée et profite des tensions entre Rachel et Will pour débaucher la jeune fille. Quinn est enceinte et Terri y voit là une opportunité.

Mais où va cette série ? C’est à se demander si le nom du Glee Club, « Nouvelles Directions », n’est pas aussi le crédo des scénaristes chaque semaine ! A croire que personne ne sait exactement ce qu’il fait, tant les intrigues sont mal amenées.

Comme il fallait s’y attendre, la fausse grossesse de Terri prend des proportions rocambolesques et elle se met en tête de trouver un bébé pour couvrir ses mensonges. Oui, c’est aussi pénible à voir que ça l’est à l’écrire. Même Les Feux de l’Amour réussissent ce genre de rebondissements mieux que Glee. Le personnage de Terri est définitivement irrécupérable et par association, l’image de son mari en pâtit.

Après Will qui voulait quitter le Glee Club parce qu’il ne se sentait pas apprécié, c’est au tour de Rachel de jouer la diva et de claquer la porte. Ce n’est que la quatrième fois depuis le début de la série que quelqu’un décide d’abandonner le groupe, ce n’est pas redondant du tout ! Il y a pourtant tellement d’autres choses à faire, mais le Glee Club est presque devenu anecdotique au milieu de toutes ces intrigues absurdes. La dernière fois que j’ai regardé, la série s’appelait pourtant Glee, il serait peut-être judicieux de s’y intéresser un peu. Le lien qui s’était créé entre ces mômes durant le pilote n’existe quasiment plus et désormais plus de la moitié du groupe est composé de pompom girls et de footballeurs. Pour le côté ‘rebut du lycée’, on repassera !

Amorcée la semaine dernière, la sortie du placard de Kurt occupe une grande partie de l’épisode et c’est presque aussi grotesque et insupportable que la grossesse de Terri. Le gamin, celui-là même qui se faisait jeter dans les poubelles dans les deux premiers épisodes, se retrouve soudain star de l’équipe parce qu’il sait taper dans un ballon après une chorégraphie de Beyoncé. Et comme la situation n’est pas déjà suffisamment ridicule, toute l’équipe de foot se retrouve en cours de danse pour apprendre les mouvements. Même avec une main devant les yeux, c’est douloureux à regarder.

Il faut néanmoins reconnaître que le petit numéro de danse le soir du match est assez réussi.

Maintenant qu’il fait la fierté de son père, Kurt peut enfin faire son coming out. La scène aurait certainement été plus touchante si on avait eu le temps de connaître et de s’intéresser un peu au personnage.

Dans la série des rebondissements pitoyables, Quinn annonce à Finn qu’elle est enceinte alors même qu’ils n’ont jamais couché ensemble. N’importe quel mec comprendrait, mais Finn croit que ses petits nageurs sont supersoniques pour survivre à un jacuzzi et passer le maillot de bain de sa copine. Tout comme Will avec Terri, Finn apparaît comme un brave petit crétin mené par le bout du nez par une fille qui le trompe avec son meilleur ami. Cette ligne de scénario a l’avantage de rapprocher le jeune footballeur et son professeur et offre, à mon sens, les scènes les plus réussies.

Niveau musical, on tombe déjà dans la routine et il n’y a bien que la puissance vocale de Rachel pour nous rappeler que ses gosses savent chanter.

Bref, ce n’est pas avec cet épisode que Glee va renouer avec la force de son pilote. La série a ancré son univers dans un monde réel et se doit donc d’être un minimum crédible, ce qui n’est clairement pas le cas. La fantaisie ne doit pas conduire au ridicule et si les intrigues continuent à être aussi mauvaises, la saison risque d’être horriblement longue, surtout maintenant qu’elle fait 22 épisodes !

avatarUn article de .
4 commentaires