Alors que les rumeurs et autres ragots plus ou moins avérés semblent détruire le Glee Club à petit feu, Will décide de prendre le problème en main en proposant aux élèves de chanter l’album « Rumours » de Fleetwood Mac.

Petite leçon d’histoire : Fleetwood Mac, groupe protéiforme aux multiples carrières et membres, alors en proie à des départs et des engueulades entre musiciens, décide, dans la tempête, d’enregistrer  « Rumours » en 1977. Une véritable usine à tubes est née, aux croisements du blues, du rock, de la pop, et de la folk. 35 ans et 25 millions d’exemplaires vendus plus tard, « Rumours » reste un disque indémodable et indétrônable. Glee, série musicophage et surtout hyper référentielle, ne pouvait pas rester sans rien faire.

L’épisode sera donc uniquement centré sur les morceaux de ce fameux album. On peut comprendre Ryan Murphy tellement les chansons utilisées ici se révèlent pertinentes, cohérentes et entraînantes. Aucun titre plus faible que l’autre, une vraie ambiance pop de bout en bout, Rumours est, sur ce point, un exercice de style parfaitement réussi.

Mais, il possède également bien des défauts. Jane Lynch, peu (mais bien) utilisée lors de son dernier passage, reste ici en retrait, noyée sous des costumes inutiles (David Bowie, WTF ?), et des séquences anodines. Où est la machiavélique League of Doom ? Même Terri semble peu encline à assurer le rôle de Sidekick, alors que la route semblait toute tracée à la fin de  A night of neglect (2.17).

Alors que cela fonctionne bien la plupart du temps dans Glee, on est aussi vite agacés des jérémiades et autres cachotteries des élèves. Un manque de second degré flagrant et un pathos qui n’est pas désamorcé assez rapidement (l’histoire de Sam, un peu lourdingue, malgré le jeu en retenu de Chord Overstreet) font de ce Rumours un épisode qui manque beaucoup (trop) d’humour. Heureusement, notre chère Brittany est là pour remettre un peu de désordre et de nonsense dans tout ça. Sa « Fondue For Two » est sans conteste vouée à être réutilisée régulièrement à l’avenir.

Notons quand même la présence de Kristin Chenoweth qui, plus en retenue que lors de ses précédents passages, fait du bon travail, notamment sur « Dreams ». Une fois débarrassée de ses excès, April Rhodes est un personnage attachant et agréable.

Rumours fait au final partie des épisodes de Glee qui sont sauvés par la bande-son. Il aurait d’ailleurs été impensable que la BO ne soit pas au niveau vu le matériau originel. On aurait cependant aimé plus de profondeur et moins de chichis dans ses développements d’intrigues.

avatarUn article de .
1 commentaire