Glee – Loser Like Me & Homecoming (6.01 & 6.02)

11 Jan 2015 à 21:01

Glee – Loser Like Me & Homecoming (6.01 & 6.02)

Le choix de Rachel de quitter Broadway pour jouer dans une série télé s’avère un échec total. Pour rebondir, elle revient à Lima et décide de faire renaître le Glee club, mort après les décisions de la Principale Sylvester. Mais la tâche, et notamment le recrutement d’une nouvelle chorale, se révèle difficile.

Dire que la dernière saison de Glee n’avait pas manqué dans la grille de programmes jusqu’ici serait un doux euphémisme. Relayée au vendredi soir avec une saison raccourcie, la série de Ryan Murphy, Brad Falchuck et Ian Brennan va se terminer bien loin de ce qu’elle a commencé, soit dans l’indifférence générale. Ne résonnez pas hautbois, ne sonnez pas trompettes, laissons le phénomène de 2009 s’en aller en silence comme punition.

Et dire que l’ouverture de cette nouvelle et donc dernière saison est réussie serait un bon gros mensonge. Si certains éléments laissent espérer quelques belles choses avant la fin, le postulat de départ est tellement risible qu’il est difficile de se prendre d’une quelconque empathie pour les personnages principaux.

Pour rappel, Rachel Berry ne rêvait depuis cinq saisons que de Broadway et de Funny Girl. Un rêve qui s’est depuis réalisé, mais que la diva a préféré quitter pour un égo trip télévisuel dont elle était la seule à croire au succès. Après un premier épisode calamiteux (nous pourrons le juger sur pièces avec un court extrait montré dans l’épisode 1) qui contraint à l’annulation de son show, l’ancienne lycéenne de McKinley High n’a plus le choix. Le retour au bercail s’impose.

Envisager une seule seconde Rachel quitter Funny Girl pour une sitcom tient de la science-fiction. Mais il faut donc accepter ce point de départ pour entamer cette nouvelle saison. Difficile du coup d’accorder de la crédibilité à l’ensemble quand un choix aussi radical est fait, même si Rachel le justifie à la fin de Loser Like Me (6.01). Le point fort de ce renouveau est toutefois d’avoir « démoli » tout son monde : le divorce de ses parents, la fin du couple Kurt/Blaine, l’absence d’un Glee Club au lycée. La métaphore, manquant comme toujours de finesse dans Glee, a au moins l’intérêt d’être très clair, il faudra repartir de zéro.

Cependant, Loser Like Me enchaîne les poncifs et les réintroductions de personnages douteux. Entre les motifs de séparation de Kurt et Blaine n’en sont pas (en tout cas leurs comportements menant à la rupture) et Sam toujours en mode lose à subir moqueries et humiliations, il ne nous est rien épargné dans le n’importe quoi.

Il ne faudrait néanmoins pas oublier les quelques qualités que Glee à su maintenir durant toutes ces années. Évidemment, l’ascension de Sue Sylvester à la tête du lycée n’est pas neuve, mais sa réussite à éradiquer toute forme d’enseignement artistique du lycée relève du génie. Mieux, la transformation d’un établissement scolaire en petite dictature fasciste est le seul point positif de l’épisode, et les résultats obtenus, malgré des moyens que ne renierait pas le leader nord-coréen, en disent long sur les systèmes d’éducation actuels. La renaissance du Glee Club par Rachel lui donne donc un nouveau but, et de ce point de vue, l’impatience se justifie largement.

Le deuxième épisode, au rythme plus enlevé, mais aux décisions narratives toujours douteuses, se contente de faire revenir le cast originel afin de motiver les potentiels chanteurs en herbe à s’intéresser au retour de la chorale. Même si certaines têtes font plaisir à voir (Puck, Quinn, Artie), les gros sabots avec lesquelles elles sont introduites ne suscitent que dédain.

Une piste va cependant sortir du lot. Gay, hétéro, noir, blanc, fille, garçon… tous ces profils vont être amenés à réfléchir à leur condition dans certaines séquences qui abordent avec intelligence le communautarisme. L’exemple le plus intéressant est évidemment l’audition de Jane, fille au milieu d’un groupe de garçons. La série, souvent assez maline quand elle aborde certains thèmes borderline, réussit ici son coup et montre la difficulté à faire tomber les barrières culturelles, de genre ou de préférences sexuelles.

Au niveau des chansons, la reprise de saison ne fait pas d’étincelles, mais révèle deux nouveaux talents vocaux qui devraient nous emmener tranquillement jusqu’au bout. Jane donc, interprétée par Samantha Ware et Roderick (Noah Guthrie) à la voix jazz profonde mais suffisamment « flexible » pour pouvoir coller au registre globalement plus pop de Glee.

Dernière promesse, qui devra être tenue ou cette saison n’aura pas grand-chose à revendiquer au moment des comptes : la compétition de professeurs à venir Will/Rachel-Kurt/Blaine. En offrant les positions de coachs à ses quatre personnages et en les faisant adversaires pour les Regionals à la tête de chorales bien connues, Glee s’engage sur un terrain où les amitiés devront être mises à rude épreuve, et le montre dans l’une des dernières séquences de Homecoming. À suivre donc, et avec attention.

Tags : Glee Ian Brennan moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link