C’est l’heure des « Sectionals » ! Sur les conseils d’Emma, Will prend la décision de mettre en avant des membres du Glee Club peu exploités, et de leur accorder toute sa confiance pour faire gagner les « New Directions », face aux « Hipsters », une chorale de troisième âge, et aux « Warblers » et leur nouvelle recrue : Kurt.

C’est la tradition Glee : à cette période, c’est l’épisode spécial de qualifications pour les concours régionaux et peut être nationaux. Et en cette deuxième saison, on retombe dans les mêmes travers que l’an passé, à savoir des choses intéressantes du côté des intrigues et des personnages, et des choix discutables côté chansons.

Si le choix de Will de favoriser arbitrairement les seconds couteaux de la chorale est la meilleure idée de l’épisode (de la saison ?), elle ne va pas sans poser quelques problèmes d’égo. Rachel, qu’on adore détester  (à moins qu’on la déteste juste), est la laissée pour compte dans l’histoire, et va entrainer un paquet d’embrouilles avec elle. C’est l’implosion pure et simple au sein du groupe. Si les atermoiements de Miss Berry (aucun lien avec le concours de beauté) finissent par nous agacer, ils permettent néanmoins à Will de revenir dans la partie, et de s’imposer comme le leader du groupe, chose qu’il n’avait pas fait depuis trèèèèèès longtemps, et de redevenir LE prof de la chorale. Matthew Morrisson fait donc plaisir à voir, par son interprétation convaincante. L’acteur montrera de belles nuances de jeu dans l’épilogue également, dans la dernière séquence avec Emma, où la retenue du prof d’espagnol dans l’expression de ses sentiments  fait merveille.

Mais revenons rapidement à Rachel, puisque sa tête à claques va être sauvée de justesse lors des scènes avec Kurt (qui malgré son départ des New Directions, apparaît comme le personnage ayant le plus de potentiel dramatique et scénaristique pour la 2ème moitié de saison). En répétition (Glee aime jouer avec sa mythologie, et nous le rappelle avec ce parallèle chanté, déjà utilisé dans l’épisode des Sectionals l’année dernière), en discussion au bar, ou même en compétition (difficile de rester de marbre devant la tendresse dégagée par les murmures de Rachel lors du passage de Kurt), le duo de meilleurs ennemis prouve encore une fois sa solidité.

Mais venons-en au fait : la compétition. Si la bande du 3e âge n’apparait jamais comme un concurrent vraiment dangereux (mais merci aux auteurs pour le nom du groupe), c’est bien du côté des Warblers qu’il faut chercher le suspense. De ce côté, on aurait aimé un résultat plus tranché et moins tiède, et voir gagner l’une ou l’autre (le glee club de préférence, ne serait ce que pour l’intérêt  de la suite de la saison). La nomination récente de Darren Criss dans le cast des réguliers joue sans aucun doute dans la décision de mettre les deux chorales à égalité. Cependant, il serait de mauvaise foi de ne pas saluer la performance des garçons. Une chanson  a cappella peut vite devenir très kitsch si elle n’est pas bien réalisée, ce qui n’est évidemment pas le cas ici.

Mais le Glee Club, sur un choix de chansons discutable (« I had the time of life » n’est pas mal, mais son image un peu rétro ne rend pas trop service à la performance), s’en sort plus que bien, et le numéro dansé est simplement fan-tas-ti-que. Heather Morris et Harry Shum Jr font des miracles. Ne serait ce que pour cette prestation, le Glee club aurait mérité la première place.

Finissons par aborder les intrigues. Finn et Rachel, qu’on s’était surpris à apprécier par leur discrétion et la stabilité de leur couple, nous refait le coup du « je t’aime et moi non plus » pour un résultat inintéressant ; Emma, malgré sa jolie bague, laisse assez peu de suspense sur son retour dans les bras de Will à la fin de l’année (ah ce regard dans le vague lorsqu’elle étreint son cher et tendre) ; et Kurt : restera, restera pas ? Encore une fois, LA star de cette deuxième saison est bel et bien décidée à garder la lumière sur lui. Les enjeux, s’ils restent comme tels jusqu’au bout, devraient apporter un intérêt non négligeable pour les compétitions à venir.

avatarUn article de .
5 commentaires