Chuck et Blair décident de mettre un terme à leurs ébats secrets, alors que Serena remet en question sa relation avec Colin. Lorsque Nate apprend que Juliet lui a, à nouveau, menti, il s’associe à Vanessa pour la piéger.

Ce nouvel épisode nous illustre la différence entre un guilty pleasure et une mauvaise série : des intrigues consistantes ! Alors que le début de saison semblait se réorienter vers la première catégorie, Juliet Doesn’t Live Here Anymore nous rappelle que nous ne sommes jamais très loin de la seconde.

Le gros défaut de l’épisode, et a fortiori de la série, est que les personnages agissent comme de vraies girouettes. La continuité et la psychologie des protagonistes passent souvent à la trappe, et les alliances ou rivalités se font et se défont, en fonction de ce qui arrange les scénaristes.

Ainsi, on commence avec une Serena sûre de sa relation avec Colin. Mais après une conversation avec Dan, elle se demande si le professeur tient vraiment à elle. Son intérêt pour Mr. Humphrey est magiquement réactivé, jusqu’à ce que Colin quitte son poste à Columbia pour être avec elle. Exit Dan, et rebonjour Colin… sauf que finalement la demoiselle n’est plus si intéressée que ça (ou le contrat de l’acteur se terminait là), et au revoir Colin ! Vous l’aurez compris, Serena est à la limite de la schizophrénie.

C’est le même scénario pour l’intrigue autour de Juliet, qui parvient à convaincre Nate de lui donner une seconde chance (à ce niveau, je crois qu’on est plus proche de trente). C’est sans compter sur la diabolique (oui, ça aussi c’est nouveau) Vanessa, qui vient de se rappeler que Sharp l’avait piégée il y a de ça trois épisodes, et cherche à se venger. Mais apparemment, sa haine envers Serena est encore plus intense, et les deux finiront par s’associer pour faire tomber notre blonde ravissante, mais indécise.

Il faut tout de même reconnaître que la scène où tous les personnages sont réunis pour parler à la doyenne, au ballet, est très réussie. De façon globale, le ton léger de l’épisode permet d’atténuer le sentiment général d’exaspération. La partie dévouée à Chuck et Blair est, sans conteste, la meilleure. On retrouve les dialogues pleins d’humour (« Bassectomy ») et le duo fonctionne de manière toujours aussi efficace, sans oublier le début d’épisode assez osé pour la CW. Et, pour en revenir à mon introduction, les prises de position des deux amants sont en parfaite adéquation avec leurs caractères respectifs. Chuck veut se sevrer en couchant le plus possible, alors que Blair substitue son addiction à Bass par celle aux macarons.

Une autre qualité est que la série propose de bons cliffhangers. On relance (très maladroitement certes) le triangle amoureux DanSerenaNate laissé en suspens, alors que Chuck et Blair décident d’être « amis ». Mais le plus prometteur est sûrement l’association Vanessa/Juliet/Jenny (!) pour faire tomber le quatuor d’Upper East Siders. Là encore, on pourrait se plaindre de la continuité, ou se demander ce que fait Ben dans tout ça. En attendant, cette idée a beaucoup de potentiel et relance le tout dans une direction plus alléchante.

Juliet Doesn’t Live Here Anymore avait, semble-t-il, pour mission de boucler certaines intrigues envahissantes (Colin), mais le fait aux dépens de la crédibilité de l’ensemble. La série parvient néanmoins à contrebalancer ses (gros) défauts, pour éviter que la catastrophe ne soit complète.

avatarUn article de .
0 commentaire