Charlie commence enfin à se faire à la vie dans l’Upper East Side, mais les choses se compliquent lorsque Dan l’invite au bal des anciens étudiants à Constance Billard. En route vers le bonheur, Blair se retrouve déchirée entre les hommes de sa vie. Le retour de Jack Bass en ville déclenche une série d’évènements qui pourrait bien causer la perte de Chuck et ses proches.

Les choses s’accélèrent dans Shattered Bass, avant-dernier épisode de la saison. Le but est clairement de resserrer les enjeux autour de deux arcs majeurs : la folie de Charlie et le triangle amoureux autour de Blair.

Commençons par la dernière venue, qui n’a plus grand-chose du poisson hors de l’eau qu’elle était à son arrivée. Elle est à présent parfaitement au fait de l’art de la manipulation, privilégiant la classique technique de la fausse ingénue. L’occasion pour la série de nous offrir son propre remake de JF partagerait appartement (Single White Female), dont la nouvelle version, sortie cette année (The Roommate), met en scène nulle autre que… Leighton Meester ! Si ça ce n’est pas de la promotion croisée.

Ce genre d’histoire a été rebattu un nombre incalculable de fois, et on ne peut malheureusement pas dire que le moule Gossip Girl apporte une quelconque originalité. Mais, au moins, c’est fait dans les règles de l’art. Cela sert même de prétexte à un clin d’œil à l’âge d’or de la série, au travers de la vente de charité à Constance Billard.

Les caméos des premières acolytes de Blair sont ce qu’ils sont : des caméos. On retiendra plus la scène dans le bureau de la proviseure Queller. Dans un moment délicieusement tordu, et alors qu’ils s’apprêtent à passer à l’acte, Charlie demande à Dan de l’appeler « Serena ». La cousine de S gagne, avec cet épisode, son titre de psychopathe et éveille l’enthousiasme quant à son ajout au casting régulier de la prochaine saison. Car s’il y a bien une chose qui a cruellement manqué à cette deuxième partie de saison, c’est une tarée. De quoi attendre le season finale avec impatience donc.

Du côté de Blair, c’est moyen. Sa réconciliation avec Serena est aussi fade que leur dispute était artificielle. Toujours au rayon des raccourcis, B gagne l’approbation de sa belle-mère et est à nouveau en route pour vivre son parfait conte de fées.  En effet, la princesse et Cyrius sont tous les deux adeptes d’ornithologie ! Un moment drôle et décalé, qui réveille une intrigue quelque peu monotone, voire cousue de fil blanc.

Oui, car Louis vient à comprendre le lien qui unit toujours Blair à Chuck. On nous rejoue donc la carte des problèmes de confiance de son côté, alors que la jeune femme ne sait pas si l’esprit (un peu simplet, il faut le dire) de son beau prince pourra accepter sa part d’obscurité. La rengaine est toujours la même : Chuck et Blair sont les seuls à pouvoir s’aimer tels qu’ils sont, mais ne peuvent être ensemble pour une raison x ou y. Un peu d’évolution ne serait pas de refus.

Le cliffhanger final vient habilement relier cela à l’intrigue Thorpe qui arrive cette semaine à une semi-conclusion. Cette histoire aura été pénible à suivre, et son dénouement est d’une facilité grossière. Russell est donc le vrai responsable de la mort de la mère de Raina, et non Bart. Vu le niveau de l’intrigue, il n’est pas étonnant qu’Ed Westwick ait constamment l’air misérable ! Au moins, c’est l’occasion de revoir Jack Bass dans le rôle inédit, et tellement plus sympathique, d’allié de son neveu. Ses quelques pointes d’humour viennent illuminer un gros ratage en bonne et due forme.

Shattered Bass accomplit, plus ou moins adroitement, sa tâche : celle d’introduire le season finale. On peut sans trop s’avancer prospecter sur une mise en danger des deux héroïnes qui seront, sans nul doute, secourues par leurs princes charmants attitrés.

avatarUn article de .
1 commentaire