Serena et Chuck s’allient pour contrer Lily et stopper la vente de Bass Industries. Blair réalise que sa mère pourrait lui être utile dans son désir de devenir PDG. Nate s’inquiète que son père, le Capitaine, ne prenne pas au sérieux sa conditionnelle.

Gossip Girl entame l’année 2011 avec un épisode articulé autour des relations parents-enfants. Celles-ci ne seront pas vraiment fouillées (à l’exception de la dernière scène entre Blair et sa mère) et servent surtout à mettre en place de la deuxième partie de saison.

S’il y avait une leçon à retenir de l’épisode, ce serait que les Upper East Siders feraient mieux de plus écouter leurs parents. Commençons par Blair, qui nous sert une resucée de ses intrigues habituelles, le panache en moins. Elle est soudainement prise d’idolâtrie pour la businesswoman Indra Nooyi, et veut tout faire pour obtenir un stage. S’en suit une intrigue typiquement Blair, qui aurait pu être évitée si elle avait tout simplement demandé à sa mère de les présenter. Seul point positif, Blair semble avoir trouvé sa voie (bien plus appropriée) : éditrice d’un magazine de mode.

En plus de ça, les scénaristes lancent Blair dans une amitié avec Dan. C’est forcé et nous n’en sommes qu’aux balbutiements, mais l’alchimie entre les acteurs laisse entrevoir que c’est plus prometteur que ce qu’on aurait pu penser : You know that powerful woman is not actually a career, right ? Il y a néanmoins ce sentiment nauséabond qu’une intrigue amoureuse se prépare. L’équipe créatrice chercherait-elle à recréer la magie du couple Seth/Summer du temps de The OC ?

C’est d’autant plus possible que la romance Dan/Serena prend l’eau avant même d’avoir vraiment recommencé. Comme pour Blair et Chuck, ils se quittent en se promettant de se retrouver, ce qui nous laisse comprendre que le reste ne sera que remplissage (bonjour, Ben) jusqu’à leurs prochaines retrouvailles. On est néanmoins soulagé pour Dan, qui était tout simplement pathétique en toutou de Miss Van der Voodsen.

Cette dernière ne connaît pas, semble-t-il, le concept des bonnes résolutions et reprend ses habitudes de blonde écervelée. Chuck a le mérite de comprendre un peu plus vite que Lily n’a, en fait, pas de mauvaises intentions. Cette réhabilitation de la matriarche est bienvenue, car elle n’était pas crédible en méchante machiavélique, d’autant que ça ne collait pas avec le personnage.

Pourtant, il faut bien un nouveau méchant et ce sera Russell Thorpe. La seconde moitié de la saison tournera donc autour du contrôle de Bass Industries, et déjà des alliances se forment. Cette intrigue aura besoin d’étoffement si elle veut tenir sur la durée, car, pour l’instant, c’est mince. Et ce n’est pas le fait que Chuck roucoule avec la fille de Thorpe qui va réveiller l’intérêt. L’association de Russell avec le père de Nate permettra, au moins, de décompartimenter les intrigues.

Un retour raté, donc, pour Gossip Girl qui peine à redémarrer après la fin de son fil rouge, et le fait que les personnages soient enfermés dans les mêmes intrigues routinières n’aide pas. Seule la paire Blair/Dan semble susceptible de surprendre encore, c’est tout dire !

avatarUn article de .
0 commentaire