Les rêves de Blair semblent devenir réalité, mais Serena menace de tout mettre en péril en ressortant le passé de B. Charlie se rapproche de Vanessa, dans l’espoir de se mets en rapport avec Dan. Nate est déchiré entre sa relation avec Raina et une vérité qu’il doit dissimuler par loyauté envers Chuck.

Dans The Princesses and the Frog, Gossip Girl prend plus que jamais des airs de conte de fées moderne. Votre appréciation de l’épisode dépendra donc fortement de votre avis sur ces grandes histoires d’amour un tantinet désuètes.

Au centre du récit se trouve Blair dans le rôle de la princesse. Mais une princesse de la catégorie Cendrillon, puisqu’elle n’est à priori pas digne de Louis, l’héritier monégasque, et qu’elle devra faire ses preuves lors d’un bal. À côté des couronnées – mais insipides – prétendantes, Blair devra convaincre la méchante belle-mère, à l’accent à couper au couteau, qu’elle mérite sa place dans la famille, car il est bel et bien question de mariage.

Au premier abord, on est donc assez sceptique face à la rapidité des évènements : un épisode après son retour, Louis demande à Blair de l’épouser ! Mais le scénario a l’intelligence d’en avoir conscience et Gossip Girl a toujours préféré une réalité exacerbée, et cela fait aussi son charme. L’aspect « conte de fées » est aussi rebutant, car trop lourdement surligné. Mais, comme Serena, notre cœur cynique ne tient pas longtemps et on finit par vouloir le bonheur de Blair, touchante comme jamais.

Il faut dire qu’elle a beaucoup d’obstacles sur sa route, et Dorota semble être sa seule vraie alliée. Outre la belle-mère, Serena se venge de sa « meilleure amie » pour avoir embrassé Dan. La blonde s’enfonce tant et plus, alors qu’il aurait été beaucoup plus juste de s’en tenir à ses excuses du début. Ici, elle n’en finit pas de chuter dans notre estime.

Mais l’ennemi le plus dangereux de Blair reste Chuck. De ce côté-là, on a l’impression de voir la fin de saison 3 se rejouer sous nos yeux. Chuck est à nouveau au fond du trou, et on a de la peine à la vue de ce pitoyable ivrogne, jadis le personnage le plus savoureux de la série. Son évolution positive en début de saison semble bien loin maintenant. On nous ressort également la bague de fiançailles de l’année dernière.

Le triangle Louis-Blair-Chuck s’annonce donc comme l’enjeu majeur de cette fin de saison et, même si pour l’instant un avenir avec Bass semble hors de question et peu désirable, les choses ont le temps d’évoluer en l’espace de deux épisodes. De plus, s’il est attendrissant, Louis n’en reste pas moins trop lisse et parfait pour durer. Néanmoins, mettre un terme au couple maudit Chuck-Blair semble de plus en plus être la solution idéale pour sortir la série de son carcan scénaristique, et ainsi lui redonner un souffle créatif.

En parallèle, les scénaristes compensent l’absence de Kelly Rutherford en donnant une intrigue professionnelle à Rufus. Si ça peut lui donner une autre dimension que celle de plante verte, tant mieux ! Charlie, elle, joue les ingénues pour gagner l’affection d’un Dan qui n’en finit pas de se faire manipuler par les femmes de sa vie. Les troubles psychologiques de cette dernière viendront sûrement mettre du piment dans cette fin de saison, pour l’instant, bien trop sage.

Enfin, Vanessa se rapproche inexorablement de la porte de sortie, sous la forme d’études à l’étranger. Dire qu’elle ne manquera pas relève de l’euphémisme.

Un épisode sympathique, sans plus, qui amorce le triptyque final de la saison. Le point fort reste une Blair attachante et mature, mais le reste ne paye pas de mine.

avatarUn article de .
1 commentaire