Nate pense que Juliet lui cache des choses; Blair essaie de compromettre Eva auprès de Chuck; Dan passe du temps avec Serena.

Décidément, Gossip Girl est en forme ces temps-ci. Voilà un épisode dont l’ambiance n’aurait pas dépareillé avec celle de la saison 1, une touche de maturité en plus.

Touch of Eva, comme son nom l’indique, se concentre sur l’influence bénéfique de la française sur l’ex-enfant terrible de l’Upper East Side. Chuck est devenu philanthrope ! Et il est tellement débordé qu’il ne sait plus à qui donner. C’est assez comique de le voir lister tous les maux du monde, comme si cela venait de sortir. Mais, comme le dit Blair, tous ceux qui s’approchent du groupe finissent par se révéler mal intentionnés. Y aurait-il un fond d’étude sociologique dans Gossip Girl ? Les riches de Manhattan sont-ils tellement paranos qu’ils ont créé une sorte de cocon incestueux pour se protéger de leurs ennemis potentiels ? On n’est finalement pas si loin de la réalité. Évidemment, tout cela n’est qu’extrapolation.

Au niveau Gossip Girl, ça donne Blair qui complote pour séparer Chuck et Eva. Il faut dire que cette dernière a vraiment l’air d’une sainte, ce qui est toujours suspect. L’exécution est du classique pour la série : de la filature, une vidéo prise en cachette… Mais alors que l’on commençait à désespérer devant la perfection de la française, Dan et Serena lui découvrent un passé de prostituée. Il faudrait faire un décompte du nombre de prostituées qu’il y a eu dans la série, car ça commence à en faire.

Chuck, qui ignorait tout, pardonne cette omission à sa belle, et lui remet même 5 millions de dollars à dépenser dans une fondation à son nom ! Blair doit alors se résoudre à tendre un piège à Eva, provoquant ainsi la rupture entre les deux amants. Je suis d’accord avec Chuck, Blair est tombée bien bas. Mettre le passeport de Chuck dans le sac de sa dulcinée, c’est franchement médiocre. Mais cela a marché, le jeune homme a fait confiance à la brune plus qu’à la blonde. Le départ d’Eva marque ainsi la fin du « gentil Chuck ». Ça n’aurait pas été gênant si l’intrigue avait duré quelques épisodes de plus, cette facette du personnage s’était révélée plaisante, alors qu’elle aurait pu être très guimauve.

Pendant ce temps-là, Nate comprend que Juliet n’est pas honnête avec lui. C’est presque un petit miracle en soi pour le benêt de la série. Mais bon, comme cela reste Nate, il croit seulement qu’elle le trompe. Il suffit qu’elle lui fournisse quelques mensonges ou vérités arrangées, et le voilà prêt à remonter dans sa chambre d’hôtel ! Ou plutôt celle de quelqu’un d’autre, car, comme on l’a vu précédemment, la blonde aux jambes vertigineuses ne roule pas sur l’or. Cette intrigue, contrairement à l’autre, gagnerait à ce que son rythme s’accélère. C’est néanmoins toujours agréable de voir Katie Cassidy jouer aux marionnettes avec la naïve Vanessa.

Cette dernière essaie de faire comprendre à Dan qu’il doit faire face à ses sentiments, après le départ de Milo. Celui-ci préfère passer la journée avec Serena, ce qui ravive la flamme (pas vraiment éteinte) entre les deux ex. Même si la complicité de Blake Lively et Penn Badgley crève toujours l’écran, celui-ci finira par retourner affronter la réalité, c’est-à-dire dans les bras de Vanessa. Voir Serena jouer les briseuses de ménage sciemment est plus agréable que de la voir se lamenter sur son nombre de prétendants. Ce trio fait finalement preuve de pas mal de maturité dans leurs choix.

Au final, on peut regretter que cet épisode de trop remettre les compteurs à zéro : Serena célibataire, Dan et Vanessa, Chuck contre Blair… La page « Paris » semble tournée, espérons que la suite soit du même calibre.

avatarUn article de .
0 commentaire