Gotham : Fish Mooney passe à l’action (What The Little Bird Told Him – 1.12)

20 Jan 2015 à 12:32

Gotham : What The Little Bird Told Him (1.12)

Dans le but de retrouver son travail, Gordon promet de capturer en 24 heures Jack Gruber, un génie électricien évadé d’Arkham. Fish Mooney passe à l’action contre Falcone, alors que la vie de Maroni est en danger.

Après une reprise peu enthousiasmante, cette première saison de Gotham se poursuit tant bien que mal. Les opportunités manquées s’accumulent quelque peu et, avec le fait que la série vient d’être officiellement renouvelée pour une saison 2, il est plus que temps que l’équipe créative élève le niveau qualitatif.

Tout n’est pas à jeter dans Gotham, à commencer par la mafia qui offre toujours les meilleurs développements. What The Little Bird Told Him ne déçoit pas sur ce plan-là, se montrant même dans sa conclusion plus surprenante. Avec Fish Mooney qui passe à l’action (plus tôt que je l’aurais finalement imaginé), l’épisode bouleverse l’équilibre fragile qui existait dans l’organisation de Falcone. Le vétéran criminel dévoile pour l’occasion une nouvelle facette de sa personnalité qui laisse apparaitre les douloureuses fissures de son passé avec la mère qu’il aimait tant. La chute n’en est alors que plus forte et plus enthousiasmante, et encore plus avec l’arrivée du Pingouin.

Auprès de Maroni, ce dernier injecte des notes de comédie dans une situation qui est hautement dangereuse pour lui. Cobblepot est involontairement pris dans une attaque contre le mafieux et le voir tenter tant bien que mal à chaque reprise de s’en aller participe à faire monter la tension pour ce qui se déroule entre Falcone et Fish Mooney. Oswald s’est octroyé une place de choix au cœur de la mafia de Gotham, que ce soit en infiltration auprès de Maroni ou bien pour servir Falcone.

Bien évidemment, après une première partie de saison à regarder Fish Mooney placer ses pions pour faire chuter Falcone, la mise en pratique se révèle étrangement simpliste, mais aussi satisfaisante. Les enjeux prennent du relief avant tout grâce à la relation qui existe entre les deux personnages.

Si série dans l’univers de Batman avant l’arrivée de la chauve-souris il devait y avoir, à n’en pas douter, c’était une consacrée à la mafia et à la corruption régnant dans la ville. C’est ce qui sauve Gotham qui enchaine un peu trop les mauvaises idées avec la police. Ca et les répliques de Harvey Bullock dont la présence aide à supporter un Jim Gordon qui a clairement de la rage en lui qu’il tente plus ou moins de contenir, tout en se montrant souvent agressif.

Au lieu de profiter du nouveau poste à Arkham pour étoffer l’univers du show, l’équipe scénaristique saisit la première occasion pour ramener Gordon au commissariat pour qu’il puisse reprendre sa place dans les forces de l’ordre. Du moins, dans le cas présent, il doit attraper le fou criminel incarné par Christopher Heyerdahl pour récupérer son badge sur la durée.

L’affaire gagne quelque peu en intérêt grâce à l’implication de Maroni, car le développement est on ne peut plus superficiel et la conclusion expéditive est étrangement drôle – et il est difficile de savoir si c’était pleinement voulu ou pas.

Comme toujours, on se retrouve avec des problèmes de tonalité, un sentiment qui est toujours présent avec Nygma, un personnage qui peine à trouver sa place dans l’univers de la série. Autant le transformer rapidement en grand méchant où il serait sûrement plus enthousiasmant qu’il l’est actuellement. Ses énigmes n’intéressant pas le moins du monde dans le contexte actuel, et c’est encore pire quand il s’agit de sa vie privée.

Dans un domaine similaire, Barbara est aussi présente, retournant chez ses parents. Il n’y a bien entendu aucun intérêt à suivre le personnage à ce stade, tout particulièrement au vu de la conclusion entre Jim et le docteur Thompkins. Par conséquent, on peut imaginer que les scénaristes doivent avoir une idée derrière la tête, mais il serait bien que celle-ci se précise un peu pour légitimer qu’on suive la jeune femme où rien n’a été fait pour que l’on soit impliquée émotionnellement dans son histoire. Qui sait, peut-être que sa famille joue un rôle dans cette histoire de conspiration qui a été évoquée par le passé ?

Avec What The Little Bird Told Him, Gotham confirme donc qu’elle a des choses à dire et à faire avec l’univers criminel, mais moins avec la police. Il devient urgent de rectifier les choses pour Jim Gordon, le pauvre Bullock ne pouvant pas sauver toutes les scènes avec son sens de la répartie.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link