Grey’s Anatomy - A Change is Gonna Come (4.01)
C’est la reprise, et Meredith, Cristina, Alex et Izzie sont maintenant docteurs, et en charge de plusieurs internes. Alors que Cristina est directe et froide, Meredith essaie d’être autoritaire, tout en essayant de ne pas être excessive, Alex les mène à la baguette, et Izzie ne s’en sort pas. Callie débute dans ses nouvelles fonctions de chef résident, mais est surmenée, et souffre de l’ombre de Bailey. Cette dernière refuse de parler à Webber de ce qu’il s’est passé. George reprend son internat et sympathise avec Lexie, la demi-soeur de Meredith.

On reprend 17 jours après le mariage échoué. Pas de nouvelles de Burke, il a donné sa démission. Malgré qu’elle dise que tout va bien, Cristina ne l’est pas vraiment. Par contre, elle est réellement douée avec les internes, et ses méthodes sont à la fois proche de Bailey, tout en prenant le ton sarcastique et parfois mesquin qui lui est propre.
Celui qui réussit assez bien aussi, c’est Alex. Plus dans le style Sloan, sans pour autant les envoyer chercher son café. On apprend alors qu’il a tenté d’aller voir Rebecca/Ava, mais qu’il ne l’a pas fait. Et qu’elle lui manque.
C’est surtout d’eux dont on retiendra pour ce début, dans le rôle de titulaire. Leurs répliques et leurs scènes sont efficaces.
Pour Izzie, elle se retrouve à soigner une biche. Cela est en soit une idée sympathique, et nous ne sommes pas dans l’échec total, mais ce type d’intrigue est un peu léger pour un season premiere, il faut bien le dire.
Du côté de Meredith, ses nouvelles fonctions sont peu exposées, par contre, sa vie privée, toujours autant. Elle rencontre donc sa demie sœur, et dans son style bien à elle, ne lui parle pas. Elle montre donc directement la façade bien détestable de sa personnalité, la Meredith égoïste, égocentrique et nombriliste qu’on aimerait voir beaucoup moins souvent. Pourtant, les scénaristes semblent décidés à n’exploiter que cela de sa personnalité.
George reprend son internat et c’est à travers lui que l’on va découvrir Lexie, bien plus joviale que sa sœur. Pour le moment, on ne sait pas grand-chose d’elle donc, il va falloir attendre pour véritablement cerner le personnage. George, il vit très mal son redoublement. On le comprend et ses réactions sont assez logiques. Ce qui est assez irritant, c’est la niaiserie d’Izzie, qui est malheureuse, car il ne lui parle pas, et qui ne pense qu’à son propre cas, sans penser une seconde au simple fait que pour George, actuellement, le fait de devoir refaire son internat est assez difficile à gérer psychologiquement.

Les changements de statut créent un étrange effet. Nos nouveaux médecins sont à la fois à leur place, et d’un autre côté, non. On voit bien que les scénaristes font des efforts pour tenter de rendre cette transition le plus limpide possible. Ça tâtonne pas mal pourtant, et il y a beaucoup trop de petits nouveaux internes. À la vérité, on s’imagine bien que, dans la vie, certains seraient partis dans un autre hôpital. Ici, rien de tout ceci. L’hôpital a perdu Burke et Addison, et le remplaçant du premier n’est pas encore arrivé, mais à Seattle Grace Hospital, il y a, à mon goût, beaucoup trop de médecins ! À voir dans la suite si les scénaristes arrivent à gérer ces changements.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire