Cristina est choisie pour faire sa première opération chirurgicale sans superviseur, seulement, à cause des derniers évènements, elle n’a pas le droit d’opérer. Ainsi, elle doit choisir le résident qui le fera à sa place. Mark doit réaliser une chirurgie qui permettra à sa patiente de retrouver la parole, alors qu’Izzie passe de plus en plus de temps avec Denny

Dernier épisode de l’année pour Grey’s Anatomy. La série ne met pas les petits plats dans les grands, elle est même plutôt sobre. Pas de gros enjeux, pas de possibles révélations, pas de suspense insoutenable.

Comme il est souvent dit, la série n’est plus vraiment un drama médical, mais plus un soap aujourd’hui. Alors, quand les enjeux sont légèrement centrés sur la médecine, justement, plus que sur le reste, on retrouve un peu plus la force de la série. Alors, l’ombre de cette mauvaise intrigue des internes faisant joujou avec leur bistouri est toujours là, mais nous avons presque à un retour à la normale. Presque, car Izzie est toujours là.

Je vacille entre deux eaux en ce qui concerne Stevens et Denny. C’est à la fois bancal, mais on ne peut pas créer une telle storyline sans connaître sa conclusion. J’apprécie le fait que George dit qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec elle, que quelqu’un remarque son comportement étrange, et qui essaie de le faire réaliser aux autres. Denny l’accompagne partout maintenant, et elle a accepté sa présence, presque comme un fait, comme une réalité. Pourtant, quand Karev vient lui faire sa déclaration, à ce moment-là, elle aurait dû se dire qu’elle était folle. Elle a un homme dans son lit avec elle, et un autre, assis près d’elle, qui lui fait une déclaration. Il y a de quoi se dire qu’on a pété un câble. Enfin, je ne sais pas où cela va, mais en tout cas, cela va quelque part, ce qui n’est déjà pas si mal.

L’épisode s’articule donc autour du choix de Cristina. Quel résident va-t-elle choisir pour l’opération ? Les derniers évènements ont réellement affecté Cristina, à sa manière. Ce n’est pas forcément visible, mais elle apparaît moins énergique, moins cassante. Elle a été blessée par ce qui s’est passé, pour payer le prix alors qu’ils sont tous plus ou moins responsables, pour ne pas être dans la salle d’opération alors qu’elle le méritait. On sait qu’elle ne va pas choisir Meredith, mais on sait aussi qu’elle le fera pour les bonnes raisons. Car, c’est Cristina, qu’elle a toujours tout fait pour être numéro 1, et que quelqu’un avec une telle psychologie ne laisse que très rarement ses sentiments prendre le dessus. Pour cette partie-là, nous avons Owen, qui, maintenant, se rapproche d’elle, la soutient et lui remonte le moral, même. Nous assistons donc à la naissance d’un couple, qu’on imagine déjà solide. Il y a définitivement une constante chez Cristina. Elle ne fait pas de va-et-vient, que ce soit professionnel et personnel. Depuis le début de la série, on sait qu’elle veut être chirurgienne du cœur, de même qu’elle n’a eu qu’une relation sérieuse, celle avec Burke. S’il est presque dommage de constater que le groupe de nos résidents n’évolue plus vraiment ensemble, Cristina, loin de Meredith, est bien plus intéressante.

En bonus, au milieu de tout cela, on peut aussi s’arrêter sur Lexie, qui passe la vitesse supérieure avec Mark. Depuis le début de cette saison, il était évident que cela arriverait. Au moins, on a avant, pris le temps de laisser Mark se poser, d’être seul, et de montrer d’autres aspects de sa personnalité. On sent qu’il aime bien Lexie, qu’il ne fait pas cela à la légère, qu’il ne répond pas qu’à une simple pulsion. De même que Lexie aime vraiment Mark. C’est un bon duo, lui qui a souvent été délaissé, laissé sur le côté, comme si les scénaristes n’avaient pas d’idées pour lui. Et Lexie, toujours dans l’ombre de la sœur, qui est aujourd’hui, part entière de la série, comme si elle avait toujours été là, mais qui ne trouve pas vraiment sa place, voguant entre internes et résidents.

Nous quittons le Seattle Grace Hospital pour quelques semaines, sur une note assez positive. On y reviendra dès le 8 janvier pour découvrir la suite.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire