Après l’accident, Callie et bébé Sofia sont sur la route difficile de la guérison. La mort soudaine d’un patient dans les essais cliniques de Derek pousse à plus de précautions alors que Meredith prendra des risques pour Adele. Alex décide d’aider des enfants en Afrique pour prouver à Owen qu’il est un chef résident potentiel de qualité, mais son manque d’argent se présente comme un obstacle à son plan. Teddy enchaine les rendez-vous ratés.

It’s a Long Way Back applique une formule narrative qui sied généralement bien à Grey’s Anatomy, avec un épisode qui couvre une période plus longue qu’à l’accoutumée. Sofia, le bébé de Callie, incarne le repère temporel. Son évolution et la guérison de sa mère servent à nous aider à situer le temps qui a passé, à chaque fois que des petits bonds sont effectués. Sans trop de surprises alors, l’ensemble tient la mesure, mais il est loin d’être exempt de défauts.

L’épisode jongle donc avec tout ce qui a déjà été mis en place ou presque, en venant y rajouter les actions de Karev par-dessus. Les enfants d’Afrique sortent quasiment de nulle part (si ce n’est de l’aventure d’Arizona), et la précipitation n’est pas évitée. Pire, les mauvaises idées jalonnent le parcours. Pourtant, force est de constater que dans cette volonté de mettre en place ce projet à la vitesse de l’éclair (malgré la période temporelle), Alex y insuffle à la fois de l’humour dans sa confrontation avec sa patiente grincheuse et riche, de la compassion et un sens du désespoir et de l’improvisation clairement soutenue par la passion. Karev avec un petit dans les bras quand tout finit par se concrétiser se trouve alors être l’image parfaite qui efface les faux pas.

On ne peut pas en dire autant pour Teddy, complètement déconnectée de l’hôpital, qui se contente d’enchainer les rendez-vous ratés et finir les soirées chez son « faux » mari. Celui-ci ne veut qu’une chose : devenir un possible prétendant. Bien entendu, quand le couple parait avoir atteint ce degré, un retour vient chambouler les plans. Forcément, un obstacle de plus sur la route du bonheur, et pas un des plus convaincants surtout que Teddy a plus d’alchimie avec Henry.

Enfin, à l’image des risques énormes (et inconsidérés) que prend Karev, Meredith emprunte aussi une route dangereuse dans cet épisode dont on peut se questionner sur les futures retombées. Un chèque ne viendra pas la sauver dans son cas précis. La maladie d’Adele progresse et nous conduit là où on pouvait s’y attendre : sur l’histoire passée entre Richard et Ellis. De quoi créer un réel sentiment de douleur qui pousse Meredith à briser les règles.

Bien entendu, l’épisode ne serait pas complet sans ce que traversent Callie et Sofia. La mère et la fille parcourent un chemin similaire, avec tout ce que cela implique. Autant dire que It’s a Long Way Back se place là pour mettre un terme aux conséquences de l’accident de voiture et qu’il remplit son carnet des charges. Derrière une évolution narrative très rodée, les scènes – tout particulièrement avec Callie – se montrent régulièrement un brin émotives (mais pas trop). L’histoire se permet même au passage d’humaniser complètement Stark. Il serait mentir de dire que le personnage à complètement trouver sa place au sein de l’environnement du Seattle Grace, mais la série l’aura bien extirpé de son rôle très unidimensionnel pour lui donner plusieurs facettes.

Grey’s Anatomy délivre ainsi un épisode où les failles et les émotions se côtoient. Sans trop plonger ni dans l’un, ni dans l’autre, l’ensemble parvient à régulièrement toucher avec sa légèreté et les vulnérabilités de ses personnages.