Grey’s Anatomy -  Let The Truth Sting (4.03)
George passe pour un héros auprès des nouveaux internes, car aucun ne sait qu’il est redoublant. Cristina apprend que Meredith et Derek sont de nouveau ensemble, et que son amie lui cache, car elle pense que ce serait trop difficile pour elle de gérer. Elle décide alors d’exploiter la situation pour avoir des opérations chirurgicales. Webber donne à Karev un nouvel interne, qui pourrait être son grand-père. Celui-ci est alors trop envahissant, et Alex n’arrive pas à faire preuve d’autorité. Le vieil homme dans le coma, dans la chambre où le groupe mangeait quand ils étaient internes, se réveille. Izzie va s’occuper alors de son cas, alors que ce dernier ne veut que mourir. Meredith ayant échangé sa place avec Cristina, se retrouve avec Lexie, et cela aboutit sur une dispute. Mark et Webber décident de pratiquer une nouvelle procédure qui permettait à une patiente de continuer à parler après l’opération enlevant des tumeurs cancéreuses qu’elle a sur la langue.

Les scénaristes ont l’air d’avoir mis un procédé au point pour se débarrasser des internes, qu’on ne montre que quand on a besoin. Ainsi, leurs supérieurs semblent leur donner des tâches, jusque-là logiques, puis, on ne les revoit plus.
L’exemple parfait est Izzie, qui s’occupe du vieil homme avec ses internes, et qui se retrouve seul ensuite sur le dossier. À l’évidence, aucun d’eux n’a de problèmes. De même, ceux d’Alex n’ont pas l’air de le biper.
La confrontation MeredithLexie va finir par aboutir à un dialogue, une fois que Bailey aura fait remarquer à Grey à quel point elle a été désagréable avec sa sœur depuis son arrivée. Elle va alors finir par aller lui expliquer ce qui est arrivé à sa mère. Ce n’est pas une grande progression, mais cela permet de faire sortir Meredith de son comportement habituel.
L’histoire de Cristina semble présente plus pour boucher les trous qu’autre chose. D’ailleurs, elle joue très mal la comédie, et on a dû mal à croire que sa meilleure puisse se faire avoir.
Alex doit s’occuper de son nouvel interne, le Dr. Norman Shales (Edward Herrmann), un peu envahissant. On peut reconnaître que l’idée n’est pas mauvaise, et qu’il doit être difficile de donner des ordres à un homme qu’on regarde comme si c’était son grand père. Pourtant, Alex est capable parfois du pire, et les scénaristes nous le montrent à la fin, quand ils révèlent aux internes que George a déjà fait une année. Ce n’est bien sûr pas fait dans la finesse, et ce trait de caractère parait être utilisé un peu comme si on appuyait sur un bouton, quand on en a besoin. S’il l’avait comme ça, juste pour dire, on y aurait cru. Alex est avant tout un rentre-dedans. Vu le peu de relation qu’il entretient avec George, il n’y a donc aucune raison valable de le voir agir ainsi, et il est assez incohérent de se dire que c’est à cause de ce qui est arrivé plus tôt qu’il dirait de telles choses. Il fallait que quelqu’un le dise, ce fut Alex. Juste un moyen de se débarrasser de cette épine dans le pied.

Un épisode dans son ensemble assez faible. Aucune intrigue ne tire son épingle du jeu, et on est assez passif devant les évènements qui se déroulent.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire