Grey's Anatomy - Perfect Little Accident (6.16)

Le fameux Dr. Harper Avery est soigné au Seattle Grace-Mercy West, et l’équipe découvre que l’un des leurs est lié à cette légende de la médecine. Le patient ne se révèle pas facile à traiter et va créer quelques complications entre Derek et Richard.

C’est un épisode très médical que va nous fournir Grey’s Anatomy, ce qui n’est personnellement pas pour me déplaire. Nous avons donc notre lot de patients, dont l’un ressort principalement : le Dr. Harper Avery, comme dans Harper Avery Award. Mieux que cela encore, il se trouve être le grand-père de Jackson Avery.

De Mercy West, je dois bien dire que Jackson a toujours été celui avec le plus fort potentiel, et en toute honnêteté, le seul pour lequel j’ai développé un quelconque attachement.  C’est donc assez plaisant de voir le personnage commencer à sortir un peu de la petite route tranquille sur laquelle il était, pour véritablement débuter l’exploration. Encore mieux, on ne débute pas avec des histoires de cœur, mais familiales, ce qui donne toujours plus de consistances, et se révèle la plupart du temps plus solide pour bâtir un personnage. Jackson va fournir pour le coup un parallèle avec Meredith, qui permet de connecter les deux ensembles, ce qui est inédit et se révèle aussi concluant.

Ce n’est pas le seul parallèle qui est fait avec Mer dans cet épisode, où il y a une véritable mise en avant de la progression du personnage (et entre nous, je préfère la Meredith d’aujourd’hui que celle d’il y a 3 ans). L’autre situation faisant écho à la chirurgienne est celle d’Alex, sur le plan émotionnel. Complètement instable (merci Izzie), il est comme Lexie, meurtri, et tous les deux fonctionnent bien ensemble, car il s’agit de ne pas y mêler d’émotions. Ils ont besoin de temps pour soigner leurs blessures, et cela passe des parties de jambes en l’air n’impliquant rien d’autres. Ce qu’avait fait Meredith après l’une de ses séparations avec Derek (celle survenue après le retour d’Addison, si mes souvenirs sont bons).

Moi qui vous dis au début que c’est un épisode plus médical, il est peut-être temps d’aborder véritablement cet aspect ! Deux histoires vont clairement prendre le dessus, et la première se trouve être celle de Harper Avery, qui va pousser Richard à reprendre le scalpel plus vite que prévu, et se confronter à Derek. Même si ce dernier est très bien à son nouveau poste, voir Richard être hiérarchiquement en dessous crée une drôle de sensation. Le cas médical n’aide pas cela, mais c’est aussi clairement fait exprès, chacun devant se faire à sa nouvelle position, et à sa place en tant que médecin chirurgien.

Un grand chirurgien dans les lieux, et les yeux de Cristina s’illumine. Surtout que la demoiselle s’est plus qu’éprise professionnellement parlant de Teddy. J’ai un doute sur où tout cela va véritablement nous mener avec Owen. Yang me parait un peu trop inconsciente – et trop sûre d’elle – sur le plan relationnel, gagnant sur tous les plans. Elle a Hunt dans sa vie privée, et Teddy dans sa vie professionnelle, et ne se soucie de pas grand-chose. Cela ne sonne pas complètement naturel. Enfin, en attendant, c’est surtout les deux personnalités des deux femmes qui vont venir se percuter, avec l’une prête à beaucoup juste pour l’idée d’un prix, tandis que l’autre déteste le principe même, jugeant que cela pousse à se comporter stupidement. Les deux points de vue se valent, et surtout se complètent. Indépendamment, c’est la faillite, mais ensemble, c’est la vie d’un patient qui est sauvée.

Pendant ce temps-là, il y en a un autre qui doit se remettre de ces dernières émotions, c’est Mark, ce qui passe par recommencer ses bêtises avec de rapides aventures avec le personnel féminin des lieux, passer son temps à gueuler sur Alex, et rendre  l’ouïe à une patiente. Mark-Style, entre immaturité et fierté ! Heureusement que Callie est là pour le ramener sur le droit chemin – ce qui ne veut pas dire que cela n’est pas douloureux.

Perfect Little Accident est un épisode qui réussit à jongler avec pas mal de protagonistes, et fournit de véritables développements tout en mettant en place des cas médicaux qui possèdent leur propre intérêt et apporte réellement à l’histoire quelque chose. Certains passages vont un peu trop vite, et cela manque parfois de finesse, car à l’arrivée, il y a finalement plus qu’on ne pouvait l’imaginer dans cet épisode qui laisse peu de temps aux intervenants pour se poser.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire