Grey's Anatomy - Wish You Were Here (5.11)

Suite au décès d’un de leur docteur, Bailey doit travailler avec le Dr. Arizona Robbins, le nouveau chirurgien pédiatre du Seattle Grace, pour soigner un jeune patient. Un condamné à mort est emmené à l’hôpital pour être soigné : Derek, Meredith, Cristina et Owen s’en occupent, mais des tensions se font sentir, liées à la situation du patient et à l’état de l’amitié entre les deux femmes. Callie et Sloan se soutiennent pour ne pas être séduits par Sadie et Lexie, alors qu’Izzie avoue à Alex qu’elle voit Denny.

Les fêtes sont finies, nous retournons au Seattle Grace Hospital, un peu comme si nous ne l’avions pas quitté, avec au fond, l’espoir d’une amélioration scénaristique. Le principal problème est que la mission est difficile quand on se trouve au milieu d’intrigues à moitié bancales.

Meredith et Cristina sont en froid, mais on ne peut pas dire que cela sert l’épisode. Si elles ne se comportent pas comme deux gamines, elles ne font pas non plus preuve d’une totale maturité sur la question. Cette petite guérilla éclipse presque le cas médical, à savoir un meurtrier (Eric Stoltz) dans les murs de l’hôpital. On fait souvent grand cas de tel patient, et ici, c’est complètement sous-exploité. Comme il est encore là à la fin, peut-être allons-nous avoir droit à un peu plus d’intensité la semaine prochaine. Il serait quand même bien d’exploiter un petit peu ce grand cliché des séries médicales. Quitte à le faire, autant le faire bien, c’est ma philosophie. La série nous a par ailleurs déjà offert le cas d’une prisonnière, qui avait été soigné par Yang. On peut d’ailleurs noter des incohérences ici, en rapport avec les réactions de Cristina, par rapport à la précédente fois.

Sur le plan de la médecine, c’est donc Bailey et Alex qui s’en tirent le mieux, en s’occupant d’un enfant gravement malade (la mère est d’ailleurs incarnée par Samantha Mathis). C’est quelque peu prévisible, mais cela offre quelques interactions intéressantes, comme l’introduction d’Arizona Robbins (Jessica Capshaw) qui décide de traiter le patient différemment.

Denny hante toujours les couloirs du Seattle Grace, et aucune réponse ne nous est fournie. Il est là jusqu’en février, c’est cela, non ? Oh la la, que penser de tout ceci ? Izzie révèle à Alex qu’elle le voit, mais ce dernier prend les choses assez bien. D’un côté, sa réaction ne choque pas, c’est Alex, il a toujours été capable de faire preuve de grand détachement, faisant plus que frôler le je-m’en-foutisme. De l’autre, qu’en pense le médecin ? Pourquoi ne se dit-elle pas qu’elle vire folle ? On voit bien qu’il ne mesure pas trop l’importance du problème, mais il prend cela bien trop à la légère, et il serait bien qu’on commence à s’intéresser à la santé psychologique d’Izzie.

Pour rajouter une petite touche d’humour, Callie et Sloane essaient de résister à l’appel de la chair – ou des internes Sadie et Lexie. Ils devraient tous deux consulter, pour en arriver là, mais au moins, le duo fonctionne toujours bien, et le dynamisme qui en ressort met de la bonne humeur, malgré l’aspect un peu ridicule de tout ceci.

Grey’s Anatomy revient en cette nouvelle année, avec un épisode assez ordinaire, dans la lignée de la saison.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire