La famille d’un défunt est mise à l’écart suite au soupçon porté sur la responsabilité du père décédé dans la mort de l’équipage de son bateau. Des phénomènes étranges ont lieu au cœur du domicile familial, et Audrey enquête pour découvrir ce qui les provoque. Nathan est forcé de travailler avec Duke, pour que ce dernier lui révèle ce qu’il sait de l’accident de bateau.

Un bateau est retrouvé, avec un squelette à bord, ramenant à la surface le mystère de sa disparition : l’équipage est porté disparu depuis un an, et la ville en est venu à la conclusion, que James, ancien alcoolique, est le responsable du désastre. La famille de ce dernier est ainsi plongée dans la tourmente, alors qu’au sein du foyer, des phénomènes étranges ont lieu.

Audrey et Nathan vont faire bande à part pour cet épisode, conduisant la première à tenter d’aider la famille de James, alors que le second devra faire équipe avec Duke pour obtenir des informations qui pourraient être utiles au sujet de la disparition du bateau.

Nous avons ainsi le droit au duo Nathan-Duke, le flic se retrouvant à devoir aider le contrebandier du coin pour obtenir ce qu’il veut. Duke s’est fait roulé par quelques personnes, et malheureusement, cela le place dans une situation dangereuse, comprendre que certains aimeraient le voir mort. C’est le business qui veut cela. En tout cas, il faut reconnaître à la série de jouer pas mal ces derniers temps avec les dangers de sa profession, même si dans le cas présent, c’est fait avec une certaine légèreté, utilisant avant tout l’animosité liant les deux hommes pour donner le jour à leurs interactions. Cela permet sans aucun doute de mieux saisir comment ils en sont arrivés là, en même temps qu’il y a un rapprochement qui continue à être développé. C’est tant mieux, car ils fonctionnent très bien ensemble. Ainsi, si ce n’est pas forcément la partie la plus palpitante de l’épisode, elle donne largement le change, en se reposant sur ses deux protagonistes masculins.

Du côté d’Audrey, le ton est légèrement plus mystérieux, et surtout, comme souvent dans Haven, il va falloir d’abord passer les quelques fausses pistes pour réellement être lancé dans des évènements beaucoup plus éloquents. Faire croire alors que c’est la fille qui provoque les phénomènes dans la maison est une véritable perte de temps, surtout que c’est assez évident que c’est son frère qui est victime des « Troubles » et le fait même que personne ne rappelle qu’il était là tend quand même à affaiblir le début de l’affaire. Cela s’appelle gagner du temps de façon malhabile. La suite de l’histoire rattrapera cela, avec un James hantant la maison et Audrey en découvrant plus sur Lucy Ripley. Le fait que James considère que c’est Lucy, même après  qu’Audrey lui a dit que c’était sa mère met largement sur la piste que la fin de l’épisode va emprunter ; enfin, avant d’en arriver là, les petits retournements de situation autour de James et du don d’Audrey sont bien agencés et joue efficacement avec l’ambiance de la série.

C’est donc l’avant-dernier épisode de la saison de Haven, et celui-ci surfe bien sur la mouvance qualitative de cette dernière partie de saison. Nous avons le droit quelques petites orchestrations malhabiles avant que l’histoire se lance complètement dans son sujet, mais une fois passé cela, Resurfacing se montre plutôt solide, exploitant à bon escient ses personnages et sa mythologie.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire