Hello Ladies – Pilot (1.01)

1 Oct 2013 à 9:15

Hello Ladies - Pilot (1.01)

Stuart, web designer anglais expatrié à Los Angeles, est plutôt maladroit avec les femmes, mais ce n’est pas un obstacle pour lui qui essaie malgré tout de les séduire, même si cela ne se révèle pas très concluant.

Stephen Merchant mène une carrière solo plus discrète que celle de son compagnon de route, Ricky Gervais, mais ça ne l’empêche pas de travailler à affirmer son propre style et sa personnalité. Le voilà donc sur HBO avec Hello Ladies, une comédie de sa création – développée avec Lee Eisenberg et Gene Stupnitsky – qui est basée sur son spectacle de stand-up.

Merchant est ainsi Stuart, un anglais expatrié à Los Angeles où il essaie de séduire toutes les femmes qu’il croise ou presque. Il y a une exception, Jessica, une artiste qui loue une partie de sa maison pendant qu’elle tente de trouver le succès – actuellement avec une websérie.

L’idée du show est donc que Stuart n’arrive à rien avec ses techniques de drague, même si le problème parait avant tout être lui en tant que personne, et non qui ou quoi que ce soit d’autre. C’est un peu comme si aucune femme ne pouvait être intéressée par lui et qu’il ne parvenait pas à le réaliser. En fait, Stuart se baigne dans ses illusions, sorte de protection l’empêchant de prendre conscience du côté dépressif de sa solitude. Il est d’une certaine façon désespéré et tout le monde s’en rend compte sauf lui.

Stuart n’est pas pour autant pathétique, car l’écriture du show et, surtout, l’interprétation de Merchant font de lui une personne globalement joviale et optimiste. Le souci est que la construction de ce pilote souffre d’un découpage assez marqué qui donne l’impression que l’on enchaine une suite de sketchs dont la chute serait toujours la même. Le gag fonctionne la première fois, mais la répétition n’aide pas et on peut se demander si la série possède véritablement de quoi tenir sur la distance. Avoir Stuart qui accumule, une après l’autre, les situations se terminant avec lui encaissant un nouvel échec apparait peu productif sur le court terme – et même sur le moyen et long terme d’ailleurs.

Reste alors Jessica dont la relation avec Stuart est ce qui permet à ce pilote de réellement respirer. Il faut dire que Merchant fonctionne vraiment bien avec Christine Woods et cela transparait à l’écran en ajoutant une énergie qui dépareille avec le reste. Il y a là de quoi faire bien que le rôle de Jessica dans l’histoire parait pour le moment limité à éviter que l’on voit Stuart seul chez lui à attendre l’heure de sortir à la recherche d’une nouvelle lady qui ne voudra pas de lui.

Bref, Hello Ladies possède un bon casting, mais son angle narratif est relativement restrictif et cela tend, dès ce premier épisode, à tourner en rond. Espérons donc que Stuart ne mettra pas trop de temps à changer de disque pour qu’il puisse être développé à un niveau plus intéressant. Sans ça, le show risque de rapidement devenir soporifique.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link