Heroes – Four Months Later (2.01)
Youhou, lectorat de Critictoo ! Nous voici nous voilà avec The Critik, la série dont on a passé l’été à dire des méchancetés (entre nous), et que, Fabien m’a une nouvelle fois refourguée, n’étant pas sûre de passer la mi-saison. Cela fut de dures négociations. En échange, j’ai eu droit à FNL et lui a hérité de Stargate : Atlantis. Chacun son fardeau. Le mien se nomme Heroes, ou comment reviewvé une série ou les personnages font 10 min par épisode qui ne consiste à rien.

La famille Bennet : Ils ont déménagé, Claire n’a pas encore repris l’uniforme so pas sexy de cheerleader et papa Bennet travaille dans une entreprise pourrie pendant qu’il essaie de dégommer la Compagnie. Quelques passages semi-comédie pour Noah, et surtout l’introduction du tête à claques de service : le futur boyfriend volant!

Matt Parkman et Molly
: Matt Parkman est un pur exemple du ratage scénaristique de saison 1. Il était marié, sa femme allait avoir un gosse. Pour résoudre le problème, on a décidé de faire divorcer Matt. Toujours réfléchir quand on écrit quelque chose. Matt en est la preuve vivante. Les scénaristes de Heroes sont tellement bons que quand ils se mettent dans la merde, ils éliminent le problème. Matt avec ce brave Mohinder, s’occupe de Molly la pigneuse. Molly est une pigneuse car elle est irrespectueuse, monte le ton sans se prendre de baffes, et après croit qu’elle peut jouer les gentilles petites filles après un cauchemar. Mais où va-t-on ?

Hiro et Kensei : Ma partie préférée. Mais, je le savais avant d’avoir vu l’épisode. David Anders en Anglais limite alcoolo/légende de Hiro, cela ne pouvait être qu’une bonne idée, même raté. Il ne s’y passe pas grand-chose, s’agissant surtout d’introduire les personnages. Pour les fans, l’actrice japonaise Eriko Tamura fait sa première scène dans l’épisode.

Ando et le père d’Hiro : quelqu’un veut tuer George Takei…. Grand-mère Petrelli vient rendre visite…quelqu’un vient tuer George Takei… Qui ? Le cascadeur qui jouait Sylar dans la première saison ? L’immortel de la série ? le type à la capuche ? Quelqu’un leur a signifié que c’était déjà une mauvaise idée dans la saison 1 ? Non, juste comme ça, sait-on jamais.

Nathan Petrelli : Mal rasé, bourré, là aussi les scénaristes ont éliminé de la vie de Nathan ce qui les embêtait. En gros, ces scénaristes, je tiens à le dire, ils sont extrêmement mauvais. Voilà pourquoi les personnages n’ont pas de vie. Il est apparemment difficile de gérer une famille. Pour le coup, pas de travail aussi. Nathan est un déchet mal rasé. Pour une fois, Adrian Pasdar et sa performance de clochard collent tout à fait. Maman Petrelli est menacée. Vite des morts ! des morts !

Maya et Alejandro
: elle a un pouvoir. Elle tue du monde. Comment ? Pourquoi ? Pète-elle trop fort, comme le pense Fabien ? Ou simplement, est-elle trop stupide ? Pour le savoir, go to Mohinder Suresh in NY ! Le hic, c’est que…

Mohinder Suresh in Cairo, Egypt : donne une conférence en Anglais. Rencontre Sammy Jenkins. Se fait embaucher pour travailler dans la compagnie. Tout ça, car il est le side-kick de papa Bennet.

Comme l’avait prédit votre aimable servante, the end est réservé au seul et unique italien qui n’a plus sa mèche rebelle, j’ai nommé Peter Petrelli : enfermé dans un caisson, les pouvoirs en alerte, et surtout, surtout, complètement perdu. Torse poil avec un collier logo (Heroes va bientôt ouvrir une boutique objets dérivés), Peter ne se rappelle plus qui il est (ça, c’est moi et mon grand talent de détective qui vous le dit).

Un épisode tout Herosien, écrit par une pas main de maitre, Tim Kring, qui, comme à chaque fois qu’il nous écrit quelque chose, ne sait franchement pas gérer la multitude de personnages.

P.S. de Fabien: Je n’ai pas dit que Maya pétait trop fort, mais qu’elle devait péter du gaz neurotoxique. Déduction basé en partie sur mon expérience avec la bouffe Texmex.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire