Heroes - Cautionary Tales (2.09)
L’épisode commençait très mal. Claire Butler pleurnichant, et s’opposant à papa, cherchant à parler à West, avant de devoir quitter la ville. Mais, c’était sans compter, justement, sur Papa Bennet, qui, quoiqu’il arrive, relève rien que par sa présence, toute une intrigue…

Cette semaine, commençons par le plus mauvais, ce qui est en soi, inutile. Hiro. Notre héros au grand cœur n’arrive pas à se faire une raison et décide de sauver son père. Il retrouve son père, sur le fameux toit, juste après que Grand-mère Petrelli soit partie. On fait un peu de voyage dans le temps, et là, on va à l’enterrement de la mère de Hiro. Hiro adulte se dispute avec son père, qui veut mourir, c’est son destin. Hiro adulte rencontre Hiro petit et se rend compte de son erreur. 5 minutes top chrono. Que de psychologie dans Heroes, il n’y a rien à dire, les scénaristes ont capté l’essence même de la nature humaine. Une telle scène, remplie de tant de sentiments, et de prévisibilité dans les dialogues, ne pouvait être là, non pas pour nous donner l’impression que cela a déjà été fait 1000 fois, et que c’était déjà ridicule la première fois, mais pour montrer toute la complexité qui règne. Hiro accepte le destin de son père. Il le ramène sur son toit, et là, il va mourir. Mais si Hiro ne peut pas sauver son papa, il peut se renseigner sur qui l’a tué. Et là, patatra ! Ai-je vraiment besoin de l’écrire ? Je veux dire, tout le monde sait, non ? Qui ne le savait pas ? J’en parle vite fait, dans ma critique du premier épisode. Parce que, oui, à ce moment là, déjà, il ne pouvait y avoir qu’une personne possible, et que c’était tellement ridicule de cacher son visage, que j’avais tourné ça à la dérision. Il y a tellement de chose qu’on peut tourner à la dérision dans Heroes…

Vint ensuite celui que j’avais presque oublier : Matt Parkman. Matt a subi son évolution, il peut mettre des ordres dans la tête, maintenant. Matt s’exerce sur Molly, avant de passer aux choses sérieuses : Grand-mère Petrelli. Mais, c’est tellement bien construit scénaristiquement parlant, qu’après que Hiro est découvert qui était le tueur de son papa, Petrelli le dit à Parkman. Pour le reste, elle ne dit rien d’intéressant.

Tournons-nous maintenant sur ce qu’il y a d’intéressant dans cet épisode : après les insupportables moments avec Claire Bennet, l’histoire va pouvoir démarrer.
Mohinder rencontre sa nouvelle partenaire : Psycho-Elle. Ils partent en cœur chercher Papa Bennet et Claire.
Papa Bennet a besoin de trouver Westie, the boyfriend, car il faut qu’il l’aide. Il demande à Suresh de l’aider. Mais Westie va trouver papa Bennet pour savoir si oui ou non Clairette était de mèche ou pas. Westie, c’est un bon gars, il va vite passer du côté Bennetatitude, et aider Papa Bennet à sauver Clairette. Car, Papa Bennet a reçu un coup de fil de Mohinder qui lui dit que Westie, il est à un endroit, où il n’est pas. Papa Bennet va au lieu, et va se débrouiller pour, au final, kidnapper avec l’aide de Westie, Psycho-Elle. Car Bob a, de son côté, kidnappé Clairette. Psycho-Elle va alors apprendre que son papa adoré faisait des expériences sur elle. On ne sait trop si elle y croit ou pas. Moi, j’y crois. C’est une petite bande de vicieux dans cette compagnie. Un lieu d’échange va être convenu et tout ce beau monde se retrouve. Clairette et Ellie se croisent, Westie emmène sa bien-aimée, Psycho-Elle balance une dose d’électricité sur le couple, qui s’écroule, alors Papa Bennet dégaine, et elle se prend une balle dans le bras. Il menace alors de tuer Bob, pour mettre fin à tout ça, mais Mohinder lui tire dessus, réalisant la peinture…
Plus tard, Papa Bennet se réveille à la Compagnie, soigné grâce au sang de sa propre fille que Bob lui a prélevé pendant sa captivité…

Si ce n’est pas du spoiler à mort ce que je viens de faire, ce ne serait pas digne de mes critiques de Heroes, non ? Un épisode écrit par Joe Pokaski, qui est le reflet même de ce que peut être Heroes : une bonne série (avec la partie Bennet), une série sans intérêt (avec Parkman) et une série risible et ennuyeuse (avec Hiro). Que demander de plus ? Un vrai mélange de genre.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire